Michelle Obama n'est plus la même

Soirée country à la Maison-Blanche. Si Carla Bruni-Sarkozy avait été invitée, elle aurait sûrement gratté sa guitare et fredonné du Bob Dylan. Mais Carlita n’était pas là. C’est Michelle Obama qui a fait sensation en dégainant son «bob».

michelle Obama © gala
Alors que la lune de miel du Président avec les Américains semble toucher à son terme, Michèle sort sa botte secrète lors d’un dîner dansant : un coup d’éclat capillaire.

Mardi, un vent de «hair-show» souffle à la Maison-Blanche. Les quelques privilégiés qui sont venus écouter les standards de la musique western sont médusés. Michelle Obama est métamorphosée. Elle a coupé ses cheveux.

Sourire éclatant, brushing west-coast, voix rauque et aplomb teinté d’humour à la Whoopi Goldberg, Michelle avait annoncé dès janvier qu’elle serait «première dame à sa manière». Mais Madame Obama se regarde dans le miroir d’une Amérique dynamique, pleine d’espoir mais aussi très critique face au changement. Louangée pour ses choix vestimentaires osés, notre athlète aux bras nus a parfois été sévèrement critiquée pour ses camaïeux criards et ses emmanchures échancrées.

Jusque-là, chaque fois que son look a fait jasé, la First Lady a fait chanté le coupable : son mari. Mais si, mardi, le jazz a retenti, Mrs «O» a changé de répertoire. Barack Obama n’a plus les épaules assez solides pour entendre ça.

La crise, le chômage, et une réforme laborieuse du système de santé ont entaché la popularité du messie des Etats-Unis. Il n’est plus temps de stigmatiser le Président, de révéler ses vices cachés ou de moquer ses petites manies. Non, c’est le moment pour l’Avocate au caractère bien trempé de capter l’attention. Tatatam.

Efficace contre les mesures impopulaires : le relooking express ! Mardi, lors de cette réception folklorique, la nouvelle coupe de Michelle Obama a attiré les flashes. Les photographes comme les commentateurs politiques n’ont eu d’yeux que pour ce «carré boule» audacieux.
Nuque révélée, visage dégagé, mèches effilées, pointes rentrées, volume maitrisé et laqué… Que l’on soit républicain ou démocrate, impossible de nier ce putsch fashion.

La First Lady ne peut plus attacher sa crinière crépue, relever ses cheveux en chignon ou jouer du fer à friser. Avec cette coiffure ultra-structurée, presque aiguisée, la dame de Washington envoie un signal fort. Fini d’onduler, d’arrondir les angles, de se voiler la face. Il faut accepter la modernité.

Si pour le Los Angeles Times, ce «bob lissé» fait un peu «matrone», l’ex-porte-parole de Laura Bush s’enthousiasme. Selon Noelia Rodriguez, cette transformation donne du chien à la maîtresse de Bo. «C’est insolent et chic, fun et fonctionnel, à la fois ». Selon l’experte en communication «cette nouvelle apparence dévoile et met en valeur le regard. Elle donne l’air franc et honnête». Probant.

Si l’on en croit le Washington Post, cette révolution censée doper la cote de confiance de Barack Obama, s’inscrit dans une démarche plus personnelle. Si sa coupe est capitale, c’est parce que l’épouse du chef de l’exécutif est une femme de tête et de poigne.

«Pendant des semaines, Michelle Obama a répété à son équipe et à ses proches confidents qu’elle n’avait pas autant d’influence qu’elle le souhaitait. Cette femme d’esprit, riche d’une expérience professionnelle dans le domaine du droit, en administration publique et en management, se trouvait reléguée au rang de potiche en chef ; or elle voulait en faire plus. Au début du mois de juin, elle a donc décidé de changer de secrétaire générale» et de nommer Susan Sher, 61 ans, qui fut un temps sa patronne.

Une stratégie pour s’affirmer, alors, que ce carré-court un poil masculin et autoritaire ?

Michelle Obama veut que «chaque événement auquel elle participe ait un sens et soit porteur d’un message. Elle n’entend pas se contenter d’aller à des manifestations publiques pour serrer dans ses bras des proches de soldats; la première dame veut montrer qu’elle met la main à la pâte. Elle veut se mettre davantage en avant et avoir des résultats à présenter», explique sa directrice de communication, Camille Johnston dans un article repris par l’hebdomadaire Courrier International.

Et vous qui pensiez que la belle Michelle avait seulement raccourci ses longueurs pour moins souffrir de la chaleur cet été…

Chérie FM - Les dernières Actualités People