Nouvelle Star 2009 : déjà très rock’n’roll !

Depuis maintenant sept ans, l’émission Nouvelle Star se donne pour mission de dénicher des stars de la chanson. A en croire les premières images de cette nouvelle édition, toujours autant de casseroles et d’ovnis musicaux se sont donnés rendez-vous aux auditions.

nouvelle-star 436 © Cherie FM

Qui (pour succéder à) passera après Amel Bent, Christophe Willem et Julien Doré ? Réponse dans quelques semaines. Avant ça, il y a bien sûr les fameuses séances de castings. Bilan des deux premiers épisodes.

 Quand une Virginie en remplace une autre…

 Lio, Sinclair, André Manoukian et Philippe Manœuvre reviennent cette année plus en forme que jamais. Plutôt fier de l’édition 2008, le jury est de retour pour dégoter la perle rare. Ce n’est pas gagné…

Présentée cette année par Virginie Guilhaume, la « Nouvelle Star » 2009 s’annonce déjà très rock’n’roll.


Chapitre 1 : Les auditions de Toulouse et Strasbourg.

Que retenir de ce premier épisode ?

Comme d'habitude le show a été assuré par le jury, à défaut des candidats. Entre les coups de gueule de Philippe Manœuvre, les « mini pleurs » de Lio, et les réflexions (un peu trop) philosophiques d’André Manoukian, la soirée a été agitée ! C’est peut-être ce qui a permis de rassembler les 4,6 millions de personnes derrière leur écran.

A en juger les audiences de ce premier épisode, les téléspectateurs ne se lassent pas du programme. Ils sont de plus en plus nombreux à se rassembler devant la petite lucarne pour admirer ce « melting pot musical » et sans doute aussi « apprécier » les multiples gamelles qui animent les auditions.

Ces « inoubliables », prêts à tout pour arriver à Baltard, oscillent entre larmes, perçages de tympans et guimauves.

Meilleur exemple en la matière pour ce premier épisode : Nicolas. Ce jeune toulousain, à priori peu déstabilisé par ses gamelles de l’année dernière, a retenté sa chance cette année. Après une rigoureuse préparation physique et un verre de blancs d'oeufs, l’intrépide s’est déclaré prêt à « tout déchirer ».

Son interprétation de « Beggin’ » en mode « beat box et vocalise » n’a malheureusement pas séduit le jury, encore une fois intraitable ! Rendez-vous l’année prochaine Nicolas.

Si certains ont pu se délecter des gamelles du toulousain, d’autres ont également été admiratifs des prestations de certains chanteurs en herbe.

Côté bonne surprise justement, on retiendra le prénom de Maria Paz. La jeune espagnole, femme de footballeur, s’est immiscée dans la salle timidement, proposant par la suite une reprise de Norah Jones. A la clé : son sésame pour le Théâtre et un André Manoukian plus que  séduit par son côté bonne vivante.

Autre élu du jury : Victor, un jeune homme tout aussi timide. Un fois arrivé au milieu de la pièce, le chanteur a pris ses aises et a interprété « Crazy » de Gnarls Barkley. Une reprise en toute simplicité et sans trop d’artifices qui lui a valu sa place pour l’étape suivante.

Fidèle a lui-même, André Manoukian nous a de nouveau gratifié de ses longues minutes de réflexion qui ont bien failli renvoyer deux candidats talentueux au bercail.

Le premier à avoir subi les foudres du musicien est Jérémy. Alors qu’il n’a jamais réellement chanté, le jeune homme arrive avec son medley « fait maison », puis prend sa guitare pour un second titre. Sur la sellette, Jérémy ne gagnera sa qualification que si André Manoukian répond « Oui ». Plus casse pied que jamais, le musicien vacille entre « Oui » et « Non » pendant plusieurs secondes, puis achève sur un «Oui », le justifiant par un : « J’ai vu la vierge » !

La deuxième candidate, c’est Mélissa. Dès son entrée, André Manoukian lui rétorque un « Tu as un look de péripatéticienne seventies ! ». Une remarque qui ne semble pas passer chez la belge. Dotée d’un talent certain, la jeune fille est tout de même qualifiée pour le Théâtre.

Bilan : pas de très grandes révélations pour ce premier volet, mais pas mal de rire grâce au jury et à son tact légendaire !


Chapitre 2 : Les auditions de Lyon et Lille.

Malgré le froid, la file d’attente était comble de plus de 7.000 personnes, et pour certains c’était plus de huit heures d’attente en extérieur qui les attendaient.

Diffusé mardi soir dernier sur M6, ce second épisode a réuni 100.000 téléspectateurs de plus que le premier. Et ça se justifie…

Le ton est donné dès les premières minutes de l’émission. Quentin, un étrange phénomène belge d’une vingtaine d’années, arrive, cheveux ébouriffés, devant le jury. Choix insolite, le garçon propose une reprise de Cindy Sanders (qui s’était fait, rappelons-le, rembarrée par ce quatuor l’an dernier), la désormais célèbre chanson « Papillon de lumière ». Une prise de risque qui a payé puisque le garçon a été récompensé en obtenant son ticket pour Paris et les félicitations du jury.

Un peu plus tard, Adrien. Le jeune chanteur interprète une chanson de Muse, « Feeling good ». Désireux d’obtenir les mêmes effets sonores que le groupe britannique, Adrien s’est emparé d’un gobelet en plastique, dans lequel il a chanté. Plutôt convaincant, il est reparti avec trois « Oui ».

Pour finir, Maïté. Cette française d’à peine 16 ans, à la voix mature, a envoûté le jury avec son interprétation de « I Love Rock’n’Roll ». Même Philippe Manoeuve, pourtant difficile, lui a accordé un compliment… Et quel compliment : « Et ta fausse note à la fin, c’est ta signature, c’est génial !». Merci pour elle !

Le rocker a également été séduit par Fanny, qui avec sa guitare, a dépaysé son public, et par Lauriane, une jeune belge dont la prestation a été qualifiée de "revanche des bisounours ».

Un bilan plutôt positif pour cette deuxième soirée, même si personne n’a pour l’instant réussi à décrocher une pluie de larmes chez Lio, ou la folie de Philippe Manœuvre.


Retour sur les origines de cette émission à succès.

La « Nouvelle Star » française a en effet une grande sœur britannique, prénommée « Pop Idol ».

Agée aujourd’hui de huit ans, « Pop Idol » avait pour principe de trouver la perle rare de la chanson dans tout le pays. Il ne faut pas croire, le programme anglais a lui aussi ses casseroles et ses révélations, à l’image de Will Young, grand gagnant de la première saison.

Puis sont nées successivement des adaptations aux Etats-Unis (sous le nom d’« American Idol »), puis en Allemagne (« Deutschland sucht den Superstar »).

Le programme a même mené les gagnants de chaque pays sur la scène du « World Idol » en 2003, pour l’élection de l’artiste mondial de l’année.

En France, l’émission voit le jour en 2003 sous le nom d’« A la recherche de la nouvelle star ». Cette première saison, sous le signe de la variété pop, a vu se démarquer plusieurs artistes: Jonatan Cerrada, Thierry Amiel ou encore Laetizia Alberti.

L’année suivante, le programme se renomme simplement « Nouvelle Star » et accueille Steeve Estatof et Amel Bent sur la scène de Baltard. Pourtant éliminée en demi finale, la jeune femme triomphera par la suite en solo.

En 2005, lors de  la troisième édition, nous avons pu découvrir Myriam Abel ou encore Pierrick Lilliu, et l’année suivante c’est Christophe Willem qui s’est affirmé devant Miss Dominique.

En 2007, Julien Doré a été élu, sans grande surprise, « Nouvelle Star » par le public (merci à ses reprises rocambolesques).

Enfin en 2008, c’est Amandine Bourgeois qui s’est imposée devant Benjamin Siksou.

D’abord représenté par un quatuor composé de Dove Attia, Lionel Florence, Varda Kakon et André Manoukian, le jury a fait peau neuve lors de la deuxième édition, en accueillant, auprès d’André Manoukian et Dove Attia, le duo Marianna James / Manu Katché.

Jusqu’en 2007, ce quatuor régnait sur l’émission, accompagné du présentateur, Benjamin Castaldi. L’année suivante Lio, Sinclair, et Philippe Manœuvre se sont installés aux côtés d’André Manoukian.

Privilégiant la scène rock et pop, ce nouveau jury a su, jusque là, séduire le public.


Les anciens candidats, que sont-ils devenus ?

Jonatan Cerrada :

Juste après avoir gagné la première saison de « Nouvelle Star », en 2003, le belge a proposé un premier album « Siempre 23 ». Ses singles « Je voulais te dire que je t’attends », et « A chaque pas » ont gagné le cœur du public francophone.

Deux années après, le jeune homme, d’origine espagnole, a sorti un deuxième opus, « La preuve du contraire », qui lui a permis de défendre ses singles, « Libre comme l’air » et « Ruban noir », sur les scènes françaises.


Thierry Amiel :

Arrivé à la deuxième place de cette première saison, Thierry Amiel n’en est pas pour autant sorti perdant. Le marseillais a proposé son premier opus « Paradoxes » en 2003. Révélé en solo grâce à sa reprise des « Mots bleus » de Christophe, Thierry Amiel a vendu plus de 200.000 exemplaires de son premier album.

Suite aux singles « Je regarde là-haut » et « Un jour arrive », Thierry Amiel a proposé un second opus. « Thierry Amiel » est sorti en novembre 2006, et a connu le même succès que le premier. Son single « Cœur sacré » s’est vu propulser en haut des charts.

Thierry Amiel devrait sortir un troisième album courant 2009.

 

Steeve Estatof :

Gagnant de la deuxième édition de « Nouvelle Star », le rockeur a proposé son premier album, « A l’envers », en 2004. Classé cinquième dès sa sortie, ce disque est, entre temps, devenu disque d’or.

« Le poison idéal », son deuxième opus, est quant à lui sorti en 2008.

 

Amel Bent :

Arrivée troisième lors du programme, Amel Bent est à ce jour la « Nouvelle Star » qui a vendu le plus d’albums.

« Un jour d’été » son premier opus, sorti en 2004, s’est vendu à plus de 650.000 exemplaires. Le premier single extrait, « Ma philosophie », a été écrit en collaboration avec la rappeuse Diam’s. Il s’est classé numéro 1 pendant plusieurs semaines, tout comme ses autres extraits « Ne retiens pas tes larmes » et « Le droit à l’erreur ».

Après avoir été élue « Artiste révélation du public de l’année » aux Victoires de la Musique 2006, l’artiste est repartie en studio pour proposer « A 20 ans » en 2007.

Ses trois singles, « Nouveau français », « Tu n’es plus là » et « Désolée » ont été vendus à plusieurs milliers d’exemplaires.

 

 Myriam Abel :

Après sa victoire lors de la troisième édition du programme, Myriam Abel a proposé son premier album en 2005. Deux singles ont été extraits de « La vie devant soi » : « Donne » et « Baby can I hold you » (reprise de Tracy Chapman).


Christophe Willem :

Grande révélation de l’année 2006, Christophe Willem s’est associé à Zazie tout de suite après sa victoire à « Nouvelle Star ». Pour son premier disque, « La tortue » a notamment collaboré avec Philippe Katerine, Bertrand Burgala ou encore Valérie Lemercier.

 « L’inventaire » est sorti en 2007. « Elu produit de l’année », « Double je » et « Jacques a dit », ses trois premiers singles, sont devenus de véritables succès en France.

Avec plus de 800.000 albums vendus, Christophe Willem s’est imposé sur la scène variété pop française.

 

Miss Dominique :

« Femme battante », le premier opus de Miss Dominique a vu le jour en 2006. Vendu à plus de 150.000 exemplaires, son album l’a notamment menée à être élue « Artiste révélation du public de l’année » lors des Victoires de la Musique 2007.


Julien Doré :

Après avoir proposé sur le plateau du prime des interprétations décalées de tubes mondiaux, Julien Doré a sorti son premier single, « Moi… Lolita », reprise d’Alizée. Il a pris directement la première place des classements français et belges.

En juin 2008 est né «Ersatz », le premier opus de « l’homme à la barrette ». Pour celui-ci, il s’est entouré de collaborateurs prestigieux comme « Christophe » ou « Arno ».

En avril 2008 a été diffusé sur les ondes le premier extrait tiré de cet album :"Les limites". Cette chanson a occupé une place dans le top 10 français pendant plusieurs semaines. Tout comme son deuxième single "Les figures imposées", et son troisième « First Lady ».


Amandine :

Gagnante de la « Nouvelle Star 2008 », Amandine devrait sortir son premier album en mai 2009.

 

Chérie FM - Les dernières Actualités People