Sa biographie

Son histoire, elle-même n'est pas bAnale.
A seize ans et un jour, éprise d'indépendance, elle décide d'abandonner ses études. Un professeur lui propose un compromis : poursuivre sa scolarité en rejoignant la section théâtre. Après avoir intégré une troupe, elle se produit alors sur des scènes nationales à Poitiers, aux côtés de comédiens chevronnés. Sur les planches, elle découvre le bonheur de servir les auteurs contemporains, les classiques et les philosophes comme Sénèque dont elle interprète un montage de textes avec des lettres de femmes algériennes.

La reconnaissance viendra avec "Les Femmes savantes", une pièce "Moliérisée", mise en scène par Béatrice Agenin au Théâtre 13 puis au Théâtre Hébertot.
On ne s'étonnera qu'à moitié que Berry se soit beaucoup amusée à se glisser dans le costume d'Henriette, le seul personnage qui ne se laisse pas abuser par le galimatias pédant dénoncé par Molière.

Mais, si le théâtre a été un véritable déclic pour oser se lancer à la rencontre du public, Berry a toujours cultivé une Passion secrète pour l'écriture. "J'ai toujours raconté mes émotions sur le papier, pas forcément sous la forme de chansons et sans que cela paraisse important", confie-t-elle. Ces essais prendront forme grâce au compositeur de jazz Manou. Avec la complicité du guitariste Lionel Dudognon qui leur ouvre sa maison, ils peaufineront ensemble deux, trois, puis douze morceaux qu'ils accompagnent de bruitages en utilisant des éléments du mobilier !
Au hAsard des visites, les chansons s'enrichissent de quelques mesures de saxophone, de mots en lingala...


Mademoiselle Berry

Un album est né : il portera le nom de "Mademoiselle". "Nous l'avons conçu dans la jubilation la plus totale" se souvient Berry .
Mais, pour lui donner une chance de grandir et de s'épanouir, ces joyeux complices savent bien qu'ils doivent dépasser le stade de l'artisAnat et frapper aux portes des maisons de disques. Là encore, le destin veille. Le frère de Manou travaille dans une crèche où une jeune maman, se propose de fAIRe écouter la maquette à son directeur artistique. Quatre jours plus tard, ils reçoivent un coup de fil d'Universal. Les enveloppes d'envois de maquettes resteront dans les tiroirs et "Mademoiselle" s'émancipe en embarquant pour Bruxelles.
Après avoir vécu dans une insouciante autarcie, Berry et ses complices s'installent en studio. Ils sont rejoints par des musiciens dont ils souhaitaient la présence, sans vraiment y croire : Laurent Vernerey ( Françoise Hardy , Benjamin Biolay), Clive Deamer ( Portishead , Robert Plant ), Denis Benarrosh (Stephan Ei Cher , Keren Ann, Nougaro), Eumir Deodato (Björk, Earth, Wind & Fire, Christophe ), Yannick Fonderie (Biolay), Laurent de Wilde (Ira Coleman, Abd al Malik),

De retour à Paris, Berry assure les premières parties de Michel Delpech, Bazbaz, Abd al Malik. La magie opère immédiatement sur Berry qui découvre le bonheur de porter sur scène ses chansons... et pour le public qui tombe sous le charme de sa voix troublante.
A la première écoute, certains se plAIRont à Cher Cher d'improbables similitudes. Mais en s'y penchant d'un peu plus près, il faut se rendre à l'évidence : Berry ressemble à... Berry.


Une sensibilité à fleur de peau


Affichant une singularité évidente et un art consommé pour jongler avec les mots, les double-sens, les sentiments, elle dessine au fil de "Mademoiselle", un univers très personnel, où le noir côtoie le pastel, où la légèreté transcende la mélancolie.
Une alchimie surprenante qui combine mille et une pudeurs, mille et une contradictions : intemporelle et terriblement moderne, gourmande et pudique, sombre et jubilatoire. Tout ceci grâce à la pop subtile et élégante de Manou et à une habile combinaison de rimes croisées et obliques qui convergent toutes invariablement du côté du coeur.
Car "Mademoiselle" ne parle que d'amour, qu'il soit filial, charnel tyrannique, malheureux. Une carte du tendre, revisitée à sa manière, avec ses petits et grands tourments, mais dont la beauté nous transporte et pourrait bien nous rendre meilleurs. Mais, comme Berry le confesse avec une belle simplicité : "tout cela n'est pas si grave !".

La vente excellente de l’album, plus de 45 000 exemplAIRes, lui a permis de fAIRe une grande tournée qui continue en 2009 à l’Olympia.

Il faut attendre avril 2012, pour la sortie de son second album, "Les passagers".


Ses vidéos