Sa biographie

Né de la refonte du groupe « Sex gang children », formé par le chanteur Boy George et le bassiste Mikey Craig, Culture Club est rejoint en 1981 par le batteur Jon Moss et le guitariste Roy Hay.


« Do You Really Want to Hurt Me » : le tube

Après avoir fait ses preuves dans quelques bars anglais, le groupe signe un contrat avec une maison de disques.
Après peu de mois passés en studio, Culture Club propose son premier album « Kissing to be clever », dont les deux premiers singles passent inaperçus.

Com me de rnière chance de percer dans le monde musical britannique, la formation choisie le titre « Do you really want to hurt me » (1982) pour troisième single.

Contre toutes attentes, cette Chanson est un énorme triomphe et se classe directement à la première place du top anglais, américain, canadien et se classe vingt-troisième au Japon.


Culture Club à la conquête de l’Amérique

Désireux de s’imposer mondialement, Culture Club part en 1983 de l’autre côté de l’Atlantique avec son deuxième album, « Colour by numbers », en poche.

Le premier extrait « Karma Chameleon » est un réel succès aux Etats-Unis et en Europe et se vend à plus de cinq millions d’exemplaires en l’espace de quelques semaines.


La descente en enfer


Lancé sur la route du succès, Culture Club enchaîne avec l’enregistrement de son troisième album « Waking up with the house on fire ».

Pourtant très attendu, cet album fait face à de bien mauvaises critiques et ne s’écoule seulement qu’à quelques milliers d’exemplaires, malgré son entrée directe à la deuxième place du top britannique la première semaine.

Pour rattraper cet échec, la formation propose en 1986 « From Luxury to Heartache » et enchaîne avec « This Time: the First Four Years », aux succès tout autant mitigé.

Alors qu’il ne sait pas comment remonter la pente, le groupe se sépare en 1987.


Boy George en solo
 
Dépendant à la drogue, Boy George sort cette même année « No Clause 28 », son premier single solo, et peine à grimper dans les hit-parades.

De leur côté, Jon et Mikey montre leur studio, et Roy compose des bandes originales pour des films.


Le groupe se reforme en 1998

Persuadés qu’ils peuvent encore triompher, les quatre acolytes reforment Culture Club en 1998 et proposent le titre « I just wanna be loved », qui s’impose dans les classements.

Malgré le succès de ce single, le groupe met sa carrière entre parenthèse.

Le point final de sa carrière s’écrit en 2005 avec « Culture Club 2005 singles and Remixes », une compilation des meilleurs tubes.


Ses photos