Sa biographie

La genèse

Le projet East 17, mis au point par Tony Mortimer et le label London Records, doit son nom au code postal de Walthamstow, une ville située dans la partie nord-est de Londres. Il voit le jour en 1992 lorsque, en quête d'un contrat d'enregistrement, Tony Mortimer se retrouve contraint de former un groupe, sous la pression du label London Records.

Après une rude sélection, il est ainsi rejoint par Brian Harvey, Terence Coldwell et Jonathan Hendy, pour former East 17, le boys band. Le collectif ne tarde pas à dévoiler ses premières chansons.

Au cours de son année de formation même, il sort un premier single intitulé « Deep ». Cette première sortie n'attire cependant pas l'attention du public et, peu de temps après, un deuxième titre intitulé « Gold » fait sa sortie chez le même label.

Une deuxième tentative ratée qui, loin de décourager le groupe, sera suivie par une troisième au cours de la même année, avec le single « House of love ». Cette fois-ci, East 17 se démarque.

Bien accueilli par le public, « House of love » débarque en effet dans les charts et, particulièrement en Suède, il se faufile à la première place. Les tops 10 de plusieurs pays, notamment de l'Angleterre, se retrouvent également ravagés par le single.

Un succès qui va permettre à East 17 de s'identifier sur le plateau de la pop dance de l'époque et qui, sans tarder, donnera fruit à un premier album, « Walthamstow ».


« It's alright »

Arrivé dans les bacs en 1992 même, « Walthamstow » dévoile 11 titres inédits, en dehors de « Deep », de « Gold » et de « House of love ». L'album comprend entre autres les titres « Love is more than a feeling », « Gotta do something », ou encore « It's alright ».

Ce dernier, sur fon d de textes et de musiques bien posés, séduit particulièrement le public et permet à East 17 de se hisser au summum de la gloire. Le titre connaît entre autres un fou succès au Royaume-Uni, avec un rang prestigieux de troisième dans les charts en 1993, ainsi qu'en Australie, où il se retrouve à la première place des charts pendant plus de 7 semaines consécutives, en 1994.

« It's alright » parvient également à faire une entrée sur le plateau musical de la Mongolie et, boosté par les chaînes MTV et Channel V, se faufile dans plusieurs autres pays. Désormais, la célébrité de East 17 se confirme.

Après «  Walthamstow », le boys band sort un deuxième album qu'il baptise « Steam » en 1994. Toujours sorti chez London Records, l'opus compren d de s tubes pop à succès, dont « Around the world », « Steam », « Stay another day », ou encore « Let it rain ».

Des titres qui sortent facilement du rang et qui, à travers des paroles singulièrement expressives, notamment pour « Let it rain », permettent à East 17 de débarquer à nouveau sur le tapis rouge.

« Stay another day » demeure même au sommet des charts UK pendant plus de cinq semaines, un véritable exploit pour le groupe.


Un soudain déclin

En 1995, East 17 sort un troisième album qu'il baptise « Up all night ». Inversement aux albums précédents, l'opus ne suscite cependant qu'un intérêt moindre chez le public.

Le groupe s'éloigne ainsi des projecteurs, pour y revenir en 1996, avec le titre « If you ever », un duo avec la chanteuse Gabrielle. S'ensuivent quelques singles, dont « Hey child », ou encore « Do U still? » au cours de la même année, qui seront réunis aux côtés des précédents singles à succès dans la compilation « Around the world - Hit singles - The journey so far ».

Succès au rendez-vous, East 17 sera pourtant englouti au coeur d'une controverse en 1997, notamment en ce qui concerne la consommation de drogues de Brian Harvey. Une polémique qui va nuire largement à la réputation du collectif.

Ce dernier, plongé dans l'ombre, ne tardera pas à être abandonné par Tony Mortimer, ainsi que par Brian Harvey. Celui-ci envisageant une carrière en solo.

Dissout pendant une année, East 17 revient pourtant en 1998 sous le nom de E-17 avec, comme membres, les deux chanteurs John Hendy et Terry Coldwell, qui se sont faits rejoindre par Brian Harvey.

Un retour qui sera marqué par un nouvel album, « Resurrection » qui, arrivé dans les bacs, parvient encore à susciter l'intérêt des fans. S'ensuivent quelques singles et compilations en trio à partir de l'année 2000, avant la réunion définiti ve de s 4 membres initiaux du groupe en 2006.

L'album « The platinum collection », sorti au cours de la même année, sera le fruit de ces retrouvailles.