Biographie Enzo Enzo

Körin Ternovtzeff Né(e) le 29 août 1960 (56 ans)

Sa biographie

Dans Lili Drop

Vers la fin des années 70, alors que le monde musical se baigne dans une influence punk rock délirante, Körin Ternovtzeff travaille en tant que roadie pour le groupe Téléphone Son destin ne tardera pourtant pas à se basculer, lorsqu'elle fait la rencontre d'Olive, de son vrai nom Olivier Caudron, en 1978.

Jeune guitariste, Olive initiera en effet Körin Ternovtzeff à la musique, en l'apprenant quelques bases de basse. Inspirés, les deux artistes décident ensuite de poursuivre une carrière musicale ensemble et, se faisant rejoindre par Violaine à la batterie, ils fondent leur propre collectif baptisé Lili Drop.

Les premières années du groupe se résument en quelques sorties, dont le single « Sur ma mob » qui séduit singulièrement le public. Et bien que n'arrivant pas encore au summum du succès, le groupe parvient à s'identifier sur le plateau rock français. Ce qui va déjà permettre à Körin Ternovtzeff de sortir des coulisses et de se dévoiler en tant qu'artiste.

Lili Drop ne tiendra pourtant pas longtemps sur scène et, suite à des problèmes de drogues d'Olive et de divers différends de production, le collectif se dissout en 1981. Körin Ternovtzeff décide alors de poursuivre sa route en solo.

Un premier 45 tours intitulé « Je veux jouer à tout » sort chez le label Virgin en 1982, sous le nom de Korin Noviz.


Enzo Enzo

Produit par Laurent Sinclair /strong>, « Je veux jouer à tout » ne parvient cependant pas à attirer l'attention du public. Bien que minutieusement arrangé, l'opus passe entièrement inaperçu.

Körin Ternovtzeff ne se décourage pas pour autant et deux années plus tard, en 1984, elle sort un autre disque qu'elle baptise « Blanche neige », sous le nom d'Enzo Enzo. S'ensuivent les disques « Oiseau de malheur » lancé en 1984 et « Pacifico » en 1988, mais le résultat reste le même: le silence.

C'est seulement en 1990, avec la sortie du titre « Les yeux ouverts », qu'Enzo Enzo commence à se faire connaître par le public. Elle sort ensuite un album éponyme en 1991, en collaboration avec Kent et les compositeurs Jean-Pierre Bucolo et François Bréant.

Elle enchaîne avec l'interprétation de « Ni plus ni moins », une chanson de Kent et fait également une entrée dans le cinéma en composant le titre du film « L'homme au masque d'or ». Ces sorties permettent à la chanteuse d'entamer sa première tournée en France, ainsi qu'au Japon.

Enzo Enzo ne tardera pas non plus à entamer une grande tournée européenne, notamment en 1992, après la sortie de « Où en sont-ils dehors? », un duo avec Jacques Haurogné.


Un long fleuve mélodique

En 1994, Enzo Enzo franchit un nouveau pas et sort un deuxième album qu'elle baptise « Deux ». Fruit d'une collaboration avec Kent, mais également avec de nombreux musiciens et compositeurs, si l'on ne cite que les jazzmen Jean Michel Kadjan et André Ceccarelli, l'opus met à l'honneur un titre fabuleusement jazzy, « Juste quelqu'un de bien ».

La chanson fait immédiatement du bruit sur les ondes internationales et sera couronnée « Meilleure chanson de l'année » par les Victoires de la musique en 1995, permet une nouvelle fois à Enzo Enzo de se démarquer.

S'ensuit un troisième album intitulé « Oui » en 1997, qui ouvrira à la chanteuse la porte d'une grande tournée « Enfin seuls! » en 1998, aux côtés de Kent. Un quatrième album baptisé « Le jour d'à côté » voit également le jour en 2001, suivi d'un nouvel opus, « Paroli » en 2004.

Ce dernier, résultat d'une inspiration débordante, donnera fruit à une grande tournée « piano voix », avec le pianiste de jazz Angelo Zurzolo.

Au coeur des acclamations, Enzo Enzo dévoile ensuite un sixième opus « Chansons d'une maman » en 2007, où l'on retrouve plusieurs reprises enfantines.

En 2009, elle enchaîne avec « Clap! ». Un huitième album intitulé « Têtue » serait également prévu pour 2010.