Biographie Gheorghe Zamfir

Gheorghe Zamfir Né(e) le 6 avril 1941 (75 ans)

Sa biographie

Débuts d'une carrière

Gheorghe Zamfir voit le jour en Roumanie, un jour de 1941. De milieu modeste, ses parents n'ont pas les moyens de l'envoyer à l'école et préfèrent lui inculquer les bases de l'éducation à la maison. Le petit garçon développe des talents d'autodidacte, inspirés par une envie constante d'apprendre.

Plus grand, il se passionne pour la musique. À force de petits boulots et d'entêtement, il se donne les moyens de s'offrir des cours de musique. Son professeur soupçonnant un énorme potentiel le motive sur cette voie et appuie son inscription à l'acadé mie de musique de Bucarest.

Le jeune homme s'applique tant et si bien qu'il s'y illustrera en remportant de nombreuses récompenses internationales. Il passe alors au conservatoire de musique de la ville. Son talent le de vance bien vite et il attire l'attention de Marcel Cellier.

Ce dernier est impressionné par la virtuosité du jeune homme et le prend sous son aile. Une esquisse de ce que sera la future carrière de Gheorghe Zamfir se présente lorsqu'il est appelé à diriger sa première formation orchestrale en 1969.

L'orchestre se produit localement mais les amateurs de musique classique sont déjà marqués par le talent du jeune homme. Un an plus tard, il décroche son diplôme avec succès et se lance dans l'enseignement.

En 1970, il assure efficacement ses cours de musique tout en commençant à s'intéresser à un instrument en particulier, la flûte de Pan. Les cours du conservatoire de musique ont développé ses capacités de compositeur et le son exceptionnel de cet instrument l'attire.


Un esprit innovateur

Gheorghe Zamfir s'intéresse de près à la flûte traditionnelle roumaine plus connue des musiciens sous le nom de Naï. À l'aide de son génie, Gheorghe Zamfir tentera d'améliorer le son obtenu initialement par cet instrument à vent.

Il ne se doute pas alors que cette étude sera le départ d'une renommée internationale. Il rajoute des pipes à l'objet connu traditionnellement et conçoit son ouvrage dans du bambou chinois de la meilleur qualité. C'est la révolution.

Gheorghe Zamfir présente sa trouvaille aux professionnels et intellectuels de la musique roumaine et déclenche une véritable ovation. Sa réputation de compositeur est à son apogée et son nom devient une légende dans le milieu.

À partir de 1970, il devient le principal professeur de flûte de Pan du pays et les plus grandes familles roumaines se disputent son temps pour initier leurs enfants. Il trouvera aisément les moyens financiers de constituer son propre orchestre cette même année.


La consécration

La formation dirigée par Gheorghe Zamfir devient rapidement le plus important orchestre du pays. Si la formation ne se produit à ses débuts qu'en Roumanie, sa réputation chamboulera tellement le monde de la musique classique qu'ils sont rapidement conviés à se produire un peu partout en Europe .

Les amateurs de musique classique et les critiques les accueillent chaleureusement à chacun de leurs passages et le nom de Gheorghe Zamfir se fait connaître de la France à la Russie en l'espace de quelques années.

L'orchestre traverse bientôt l'Atlantique grâce à une tournée internationale qui l'amènera à se produire en Amérique latine, au Canada et aux États-unis. Gheorghe Zamfir est consacré en étant invité à se produire aux États-unis dans la légendaire salle du Carnegie Hall à New-york en 1981.

Il enregistre alors pour la première fois l'un de ses plus grands oeuvres « Magic of the panpipes » que les amateurs de grande musique s'arracheront. Les concerts sont cependant trop nombreux pour qu'il enregistre de nouveau et ce n'est qu'en 1990 que les admirateurs bénéficieront d'un nouvel album de Gheorghe Zamfir avec « Doina din arges ».

De nombreux autres albums suivront comme « Panflute & organ » en 1995, « Christmas at Notre Dame basilica » en 1992 ou encore une reprise améliorée de son premier opus « Magic of the panpipes » en 2001.

Le monde du cinéma fait souvent appel à ses talents de compositeur. Il a participé entre autres à la composition de nombreux morceaux de la bande originale du chef-d'oeuvre de Sergio Leone « Il é tait une fois en Amérique » ou plus récemment « Kill Bill » de Quentin Tarantino .

Bien que la majorité de ses albums édités aient rencontré un succès sans précédent, Gheorghe Zamfir préfère de loin donner des représentations aux séances d'enregistrements au studio. Il donne encore des cours aux plus talentueux musiciens et prodigue occasionnellement ses conseils aux débutants.

Le monde du cinéma est pourtant un domaine qui l'attire et il se lance de plus en plus souvent dans la composition des musiques de films.