Sa biographie

L’enfant du monde

Michael Jackson, Ismaël Lo, Buika, Warda, Brel, Lata Mangeshkar… Quand Indila cite ses nombreuses influences, elle embarque tout le monde dans un long voyage aux quatre coins de la planète. Fascinée par ces cultures, la jeune femme s’est très rapidement façonnée une identité musicale baptisée « Variété World », un mélange aussi épicé et parfumé que sa collection de CDs. Ainsi, celle qui se décrit comme « une enfant du monde » chante tantôt en français, tantôt en anglais et même en hindi !


La reine du featuring

Polyglotte, Indila est aussi polyvalente. Depuis des années, la chanteuse compose, écrit et interprète avec une seule envie en tête : partager. C’est cette obsession qui la pousse, dès 2010, à offrir ses services et talents à d’autres artistes, dont une sacrée brochette de rappeurs. Elle apporte notamment une touche orientale à « Hiro » de Soprano, mais aussi « Thug Mariage » de Rohff, « Yema » de Kayna Samet, « Bye Bye Sonye » de DJ Abdel ou encore « Criminel » de TLF, mais on l’entend également sur « Effet miroir » de L’Algérino, « Poussière d’empire » de Nessbeal et sur le hit « Dreamin’ » de Youssoupha sorti au printemps 2013.


Skalpovich, son allié

Derrière la plupart de ces featurings, on retrouve un seul homme : Skalpovich. Officiant jadis au sein du duo de producteurs Kore & Skalp, cet auteur-compositeur et réalisateur français épaule Indila depuis des années déjà. En 2012, c’est d’ailleurs ensemble qu’ils signent « Avec toi », le premier single de l’album « Je te ressemble » d’Axel Tony qui trônera pendant des semaines dans le top 5 des meilleures ventes de singles sur iTunes. Et c’est encore ensemble que les deux artistes ont passé de longues heures en studio afin d’enregistrer le premier opus d’Indila, porté par le single « Dernière danse ».


D’ici et d’ailleurs

Sorti en novembre 2013, « Dernière danse » présente Indila sous une facette qu’on ne lui connaissait pas. Loin des registres urbains, la chanteuse met ses décrochés et son phrasé au service d’un texte savamment travaillé, posé sur une mélodie relevant de la Chanson française avant de se fondre progressivement en une rythmique presque électro.

Mêlant sonorités anciennes et actuelles, Indila envoûte des milliers de Français, à commencer par Maître Gims et M. Pokora. « Je viens de prendre ce que l'on appelle une tarte, une gifle. Le clip est exceptionnel. Cela m'a redonné envie de tourner à Paris. Certains plans me faisaient penser [au film] Inception », déclare le membre de la Sexion d’Assaut après visionnage du clip. « La chair de poule ! Je n'imaginais pas du tout un clip comme ça. Ça tue, c'est un truc de fou, c'est vachement beau. C'est nouveau, elle a un vrai truc. C'est surprenant, surtout pour les gens qui connaissent déjà ce qu'elle fait. Je ne m'attendais pas du tout à un truc comme ça, et du coup tu te laisses porter, tu planes », s’enchante M. Pokora.


La réédition

Éclectique à souhait, Indila arrive à convaincre un public large et « Mini World » se voit certifier  trois fois en platine en France, et une fois en or en Belgique. Pour un premier album, elle s’offre même le luxe d’extraire quatre autres singles. Après « Dernière Danse », place à « Tourner Dans le Vide », « S.O.S », « Run Run » et en septembre 2014 « Love Story ».

En 10 mois, «  Mini World » s’est écoulé à plus de 400.000 exemplaires, et c’est certainement ce qui la persuade de sortir une réédition « Mini World 2 ».  Sur cette nouvelle mouture, dont la sortie est prévue pour le 17 novembre, on retrouve évidemment l’album initial, mais aussi deux titres inédits, trois bonus audio, ainsi qu’un DVD avec un concert.

Dans le même temps, Indila laisse entendre qu’un deuxième album est en projet, affirmant travailler sur de nouvelles chansons…