Biographie Ini Kamoze

Cecil Campbell Né(e) le 9 octobre 1957 (59 ans)

Sa biographie

Un soupçon de succès

Amateur de musiques, mais surtout de l'univers reggae, Ini Kamoze commence tôt à écrire ses propres ziks. Déjà au cours de son enfance, alors qu'il suit des études dans son pays natal même, il se démarque à travers une passion et un talent d'artiste hors pair.

En 1981, il sort son premier single intitulé « World affairs ». Une première sortie qui, bien que ne parvenant pas à percer un fou succès, permet à Ini Kamoze d'attirer l'attention. Sly and Robbie, un du o de reggae de l'époque, se retrouve entre autres conquis par les inspirations du chanteur et lui propose de le rejoindre sous le label Taxi.

Peu de temps après cette signature, en 1983, un deuxième single intitulé « Trouble you a trouble me » débarque dans les bacs. Ini Kamoze signe ensuite chez Island Records et, une année après « Trouble you a trouble me », son premier album éponyme voit le jour.

Toujours produit en collaboration avec Sly and Robbie, l'opus dévoile quelques titres dont « World a music », un morceau reggae inhabituel qui permet à Ini Kamoze de s'offrir une première tournée internationale, aux côtés de Half Pint et de Yellowman.

Vers la fin des années 80, le chanteur s'éloigne cependant des projecteurs pour concocter en coulisse et pour notamment donner naissance à son propre label: Selekta.


« Here comes the hotstepper »

En 1988, Ini Kamoze sort un deuxième album intitulé « Shocking out ». Un nouvel opus qui, malgré des rythmes et des sons bien arrangés, n'attire pas réellement l'attention du public. Un album compilation baptisé « Selekta showcase » fait également son apparition dans la même période, avec le titre « Stress » à l'honneur.

En 1992, Ini Kamoze enchaîne avec un nouvel album intitulé « 16 vibes of Ini Kamoze ». Dévoilant 16 titres, dont le célèbre « Another sound », l'opus parvient modestement à susciter l'intérêt des fans de reggae, mais ne donne pas encore rendez-vous au grand succès.

C'est seulement deux années plus tard, en 1994, qu'Ini Kamoze se retrouve au sommet de la célébrité, à travers le titre « Here comes the hotstepper ». Ce dernier, sorti sous un nouveau pseudo Hostepper, en collaboration avec le producteur Philip "Fatis" Burrell, séduit immédiatement le public.

Le titre parvient d'ailleurs à devenir le n°1 des charts américains et domine également les tops singles de plusieurs pays. Le monde du cinéma se retrouve également conquis par le tube, dont le réalisateur Robert Altman qui, sans hésiter, va l'emprunter pour la bande sonore de son film « Prêt-à-porter ».


Jusqu'à aujourd'hui

Le fou succès de « Here comes the hotstepper », qu'il partage avec le producteur Salaam Remi, permet à Ini Kamoze de se retrouver au summum d'une carrière internationale. Le titre devenant automatiquement une chanson culte de l'univers du reggae et de la dancehall. L'album éponyme qui sort dans la même foulée, fait également des ravages dans les charts.

Le tube « World a music » des années 80, présent sur l'opus « Here comes the hotstepper », revient d'ailleurs sur le plateau du succès. Son riddim, connu désormais sous le nom de « World jam riddim », étant repris par différents artistes, si l'on ne cite que Damien Marley avec son tube « Welcom to jamrock », ou encore Anthony B avec son titre « World a reggae music ».

Une année après ce succès, Ini Kamoze sort un nouvel album qu'il baptise « Lyrical gangsta ». Produit par EastWest Records America , l'opus dévoile plusieurs nouveaux titres, dont « Ballistic affair ».

Bien que n'égalant pas le succès de « Here comes the hotstepper », ce nouvel album est également bien accueilli par le public. S'ensuit un autre opus « Debut » en 2006, dont la sortie se fait chez 9 Sound Clik.

En 2009, un dernier album intitulé « 51 50 rule » voit également le jour chez le même label.