Biographie Jestofunk

Jestofunk Né(e) le 30 novembre 1989 (27 ans)

Sa biographie

« I'm gonna love you »

Fortement influencés par le jazz et le funk des années 1960 et 1970, notamment par les grands noms comme James Brown et George Clinton, les trois DJs italiens décident de monter une formation musicale au dé but de s années 1990.

Pour désigner leur groupe, ils choisissent le nom de Jestofunk en référence à l'un de leurs styles de musique préférés. Puis pour démarrer leur carrière, ils s'inspirent surtout des morceaux de leurs idoles auxquels ils incorporent des beats électroniques, des samples et des instruments live comme la guitare, la basse et la batterie.

Fusionnant le disco et l'électro, ils transforment les compositions de jazz et funk avec leurs sonorités originales. Quelques mois après la création du groupe, leur première pièce « I'm gonna love you » est dans les bacs.

Marquant une grande révolution dans la musique dance, ce style funk mélangé à la musique house rencontre un vif succès auprès des DJs britanniques et américains.

Repris et diffusé massivement sur les ondes européennes et américaines, le titre marque le lancement de la carrière internationale du collectif qui ne tarde pas à proposer d'autres morceaux.


« Say it again », « Special love », les succès

Jouissant d'une certaine popularité, les Jestofunk enchaînent avec le single retentissant « Say it again », inspiré du titre « Trapped » de Colonel Abrams, au cours de l'année 1994. Chanson phare du premier opus de treize titres « Love in a black dimension » publié en 1995, la pièce est interprétée par le chanteur soul et R'n'B américain CeCe Rogers.

Devenu un gros tube des clubs européens, le titre fait un énorme carton en France et amène les Jestofunk sous les feux des projecteurs. Fort de cet exploit, le groupe se remet au travail et concocte son deuxième album pendant environ trois ans.

En 1998, le double single « Stellar funk » et l'opus « Universal mother » sont dans les bacs. Parmi les titres de ce nouveau recueil, on retrouve le titre éponyme mettant en vedette le Jamaïcain Freddie McGregor et le chaleureux « Special love » interprété par la chanteuse soul Jocelyn Brown.

Devenu le nouveau tube du groupe, « Special love » suit les pas de « Say it again » et fait un énorme tabac sur la scène internationale.

En 1999, CeCe Rogers quitte Jestofunk pour créer CeCe Roger's Nuphunk, sa propre formation. La même année paraît l'album live du groupe baptisé « Live Jestofunk ». Immense succès, ce recueil est couronné d'un disque de platine en Suisse et en Autriche.


« Jestofunk: the anthology », le bouquet final

Entre temps, les Jestofunk multiplient les tournées italiennes et européennes en compagnie de groupes de renom comme les Massive Attack .

Après, l'Autriche, ils partent pour la Suisse avant de terminer au Liechtenstein. Plus tard, le tri o de DJs s'embarque pour l'Australie où il fait salles combles dans les villes de Melbourne, Brisbane, Sydney et Adélaïde.

Fortement appréciée dans les quatre coins de la planète, la musique des DJs leur apporte de nombreux disques d'or jusqu'au troisième millénaire. Devenu un grand nom de la house music et du funk, Jestofunk enchaîne avec le troisième opus « Seventy miles from Philadelphia » en 2003.

Quelques années plus tard, le groupe rassemble ses meilleurs hits dans la collection « Jestofunk: the anthology » qui marque la fin de l'aventure commune des DJs. Parmi les titres du recueil, on retrou ve de s remix de Jestofunk proposés par d’autres producteurs et DJs dont « Happy », « Big lover », « Mama blues », « Disco queen », « Can we live » et « Special love ».

Mariant le classique au contemporain, « Jestofunk: the anthology » est écoulé à plus d’un million d’exemplaires à travers le monde. Dans la foulée, le collectif remporte un Gold Award pour l'ensemb le de sa belle carrière.