Biographie Karen Ramirez

Karen Ramirez Né(e) le 16 mai 1971 (45 ans)

Sa biographie

Débuts d'une star

Karen Ramirez voit le jour dans le nor d de Londres en 1971. Après avoir vécu ses premières années dans la capitale londonienne, ses parents décident de déménager pour rentrer au pays.

C'est ainsi que Karen Ramirez vivra la plus grande partie de son enfance et de son adolescence à Trinidad. Elle effectue des années de collège brillantes tout en s'intéressant de plus en plus à la musique.

Afin de continuer ses études supérieures, ses parents la renvoient à Londres. L'université lui donnera l'occasion d'affirmer sa passion pour la musique avec des groupes et des styles musicaux qu'elle découvre.

Ses amis lui apprennent à aimer la soul, la pop et surtout un genre qui se répan d de plus en plus, la dance. La jeune femme est alors fortement attirée par la perspecti ve de se lancer dans une carrière de chanteuse.

Elle s'enregistre dans des petits studios et envoie ses maquettes un peu partout. Une maison de disques la remarque et elle signera un premier album en 1997, chez Mercury.


« Troubled girl »

Le premier opus s'intitule « Troubled girl ». Véritable succès, l'opus précipite Karen Ramirez à la tête de nombreux charts. Le sty le de la chanteuse quant à lui, passe de la variété internationale à la pop avec une forte tendance dance. Le public est enthousiaste et les ventes décollent.

Composé de onze titres, l'album présente des morceaux inédits et des reprises d'anciens tubes. « I didn't know I was looking for love » se maintient à la huitième place du classement britannique des singles les plus vendus pendant de nombreuses semaines. Il s'agit d'une reprise pop du tube du groupe Everything but The Girls.

Un autre single se démarque également. Il s'agit de « Looking for love », resté numéro un des singles vendus dans le classement des tubes hot dance joués en clubs. Chacun des titres de « Troubled girl » a rencontré un certain succès même si la consécration apportée par « I didn't know I was looking for love » et « Looking for love » les a fait passer en second plan.

Parmi eux, « More than words can say », « People make the world go around » ou encore « New reality ». L'album est par la suite sorti en maxi single chez Bustin' Loose Recordings la même année.


« Distant dreams »

Karen Ramirez change de maison de production et passe chez Manifesto en 1998. Elle y signe son second opus intitulé « Distant dreams ». L'opus rencontre un succès mitigé.

Avec concertation avec sa maison de disques, Karen Ramirez décide de travailler sur des reprises et des titres de « Troubled girl » remis au goût du jour. Elle se remet en contact avec la maison Mercury qui reprendra « If we try ». Il en est de même pour « Looking for love » l'un des plus gros succès de Karen Ramirez.

Un album sortira dans le courant de l'année, il est baptisé « Special love » et paraît sous le label S.I Records. La chanteuse décide de produire par la suite une compilation baptisée « Lies » chez Bustin' Loose Recordings, toujours en 1999.

En 2003, elle signe « Maker shaker » chez DWBoys puis « Born to be free » deux années plus tard, en 2005. « Bees in the trees » paraît sur Internet un an plus tard. Dans le courant de la même année, elle sort un enregistrement li ve de ses concerts sous le titre « Distant dreams, live in Glasgow » toujours en format téléchargeable.

Un nouveau « Distant dreams live » paraitra en 2008 avec des reprises inédites.