Sa biographie

Lou Bega

David Lubega voit le jour à Munich. Son père est un Ougandais qui a quitté son pays pour Munich afin d'y suivre des études de biologie à la Ludwig Maximilian University. L'homme arrive en 1972 avec sa jeune épouse, u ne S icilienne qui, ne parlant que sa langue nata le de meure ménagère. Après trois années à Munich, David Lubega vient au monde.

Il est très tôt passionné par la musique et particulièrement par le rap. À l'âge de treize ans, il fonde son premier groupe de rap avec trois amis. Le groupe se spécialise dans le hip-hop et fait quelques scènes dans des salles secondaires.

Ils arrivent à sortir un disque en 1990, mais le succès n'est pas au rendez-vous et la formation se dissout peu après. Lou Bega, lui, a attrapé le virus de la scène et reste attiré par le monde du spectacle.

À force de petits boulots, il parvient à réunir de quoi partir pour Miami. Il part aux États-unis et fait une découverte qui changera sa vie, le mambo. Fasciné, Lou Bega de retour chez lui étudiera tout ce qui touche de près ou de loin à la musique latine.

De la danse à la chanson, il s'approprie ce style. Voulant apporter un côté plus contemporain aux classiques qu'il découvre, il en rajeunit les accords.


« A little bit of mambo »

Lou Bega découvre un jour une composition de Perez Prado qui date de 1952, il la réactualise et trouve le résultat tellement bon qu'il en envoie une maquette chez Goar B.

La maison de disques sentant l'énorme potentiel du jeune homme lui fait signer un premier album dès 1999, « A little bit of mambo ». Le succès est fulgurant. En quelques semaines, les ventes décollent et un titre en particulier retient l'attention du public.

Il s'agit de celui de Perez Prado, « Mambo n°5 ». Le titre envahit l'Amérique et traverse l'Atlantique. L Europe et ses ondes découvrent ce jeune prodige de la musique latine et l'ovationne.

Un an plus tard, Lou Bega est invité aux Grammy Awards pour y recevoir la récompense de la meilleure chanson de l'année pour « Mambo n°5 ». De l'Asie aux États-unis en passant par l'Australie, le phénomène Lou Bega déchaîne les foules et chaque salle affiche complète durant la totalité de la tournée mondia le de l'album.

Il se vendra à près de 12 millions d'exemplaires à travers le monde. La consécration est totale pour celui qui devient dès lors, le roi du mambo.


« Ladies and gentlemen »

Lou Bega reprend la route des studios en 2001 pour sortir un nouvel album, « Ladies and gentlemen ». Le succès n'égale pas celui de l'opus précédent, mais les ventes sont très satisfaisantes.

Lou Bega est désormais partout, des plateaux télé aux spectacles de charité. De grands artistes se l'arrachent comme Cher qui lui demandera d'assurer la première partie des concerts de sa tournée aux États-unis. Parallèlement, il accepte de faire figurer sa chanson « 1 + 1 = 2 » sur la bande originale du film « Stuart Little ».

Il interprète également la chanson tirée du dessin animé « Le roi lion » , « I wanna be like you » sur le jeu vidéo « Le livre de la jungle: groove party ». Les admirateurs attendront jusqu'en 2003 pour apprécier un troisième opus de Lou Bega.

« King of mambo » sort et se démarque encore une fois du lot. Lou Bega a perfectionné son art et s'impose définitivement comme le roi du mambo comme l'indique le titre de son disque. Concerts et tournée mondiale suivent alors et un an plus tard, Lou Bega signe son premier best-of.

Ce dernier réunit ses plus grands succès pour une compilation qui présente ainsi la majorité des plus grands classiques revisités. Le public se l'arrache et le disque devient une référence pour les amateurs de musique latine.

En 2005 paraît alors le nouvel album de Lou Bega, « Lounatic ». Le succès est fulgurant mais depuis, Lou Bega préfère donner des concerts à travers l'Amérique Latine et quelquefois en Europe afin de faire partager sa passion.