Sa biographie

Madalena Trabuco, plus connue en tant que Madalena, voit le jour en France et plus précisément à Mâcon au bord de la Saône.
D’origine portugaise, la chanteuse effectue le chemin inverse de France vers son pays d’origine alors qu’elle a 19 ans.

Mais avant ce retour aux sources, Madalena réalise un crochet par le Sud de la France et notamment à Cassis.
A cette époque, en 1998, elle devient membre du groupe de reggae local Rasbaille. L’origine de ce nom particulier vient d’un mot provençal qualifiant un jeu où il est nécessaire d’être le plus rapide pour ramasser la bille jetée dans le cercle enfantin.
La jeune chanteuse débute sa carrière en chantant dans sa langue de cœur : le portugais.

Quatre ans plus tard, Madalena poursuit ses études à l’Université de Porto et fonde le groupe Sativa, toujours aux tonalités reggae et en devient la chanteuse.

La formation se produit dans les premières parties de concerts locaux et interprète les compositions en portugais, en français et en anglais de Madalena.

Mais Madalena a le mal de son pays natal et décide de revenir en France. La chanteuse s’associe alors à Laurent La Rocca compositeur, arrangeur et bassiste du groupe Daïpivo et écrit de nouvelles chansons plus dans les styles  soul, bossa nova et chansons françaises.

En passionnée de musique, Madalena a besoin de monter sur scène pour exprimer son art et effectue le tour des salles méditerranéennes de Marseille et jusqu’à Grenoble.

En 2008, une rencontre avec le compositeur Antoine Essertier va changer le cours de la vie de Madalena.

Ensemble, ils travaillent et sortent en auto-production un cinq titres.
Madalena réussit à séduire la maison de disques Warner qui souhaite réaliser le premier album de la chanteuse, attendu pour janvier 2011.

Un disque sur lequel Madalena porte une vision européenne. Selon la chanteuse, c’est « une expérience franco-portugaise. Nous avons réalisé un gros travail en studio, à Paris,  pour traduire cette humanité, cette convivialité, cette passion portugaise, ce mélange de fatalisme et de joie. Il y a aussi cette fragilité d’immigrés, celle-là même qui fait notre force ».

Un premier single « Respectez-moi » sort, lui, dès fin 2010.


Ses photos