Michael Jackson dans la presse US

Il faut bien, aussi, enterrer les hommages et c'est la presse américaine qui s'en est largement chargé en commentant la cérémonie en l'honneur de Michael Jackson, au Staples Center de Los Angeles.

michael jackson © gala
Too much pour les uns, émouvant pour les autres, le show post mortem de Michael Jackson, organisé en son honneur au Staples Center n'a en tout cas laissé de marbre aucun commentateur de la presse américaine.

Les chroniques d'une mort mille fois annoncée qui ont barré presque toutes les unes des quotidiens du nouveau continent. Mais comment faire autrement sinon au prix d'un choix éditorial plus suicidaire qu'original ?

Ce mercredi, donc, impossible aux lecteurs américains d'échapper au récit de la cérémonie d'hommage à Michael Jackson largement diffusée sur les chaînes de télévision, les radios et bien sur le web. Impossible, aussi, d'évoquer les réactions de la presse sans aller chiner dans les colonnes du journal de la capitale, le très sérieux Washington Post. Lequel se lance dans une analyse de la «tradition transcendante» des shows de Michael Jackson qui transpirait de cette cérémonie.

Un spectacle funéraire mêlant profane et sacré, "pour partie une expérience religieuse, pour partie le rite de passage d'un homme qui ne ressemblait pas à un homme, mais à quelque chose d'autre que ses fans ont sans cesse tenté de définir."Et de qualifier d'"orgie de louanges", les interventions des stars venues saluer la mémoire de Michael Jackson au micro du Staples Center. En somme, autant d'"excès (...) à l'image de l'existence de Jackson».

Pour le L.A. Times, autre regard et donc autre ton. Pour le journal californien, cette «sombre, évangélique, tonitruante et feutrée» séance d'hommages avait tout d'une messe gospel, de par ses prêches musclés, ses montées en puissance musicales souvent suivies par un descrescendo baigné d'émotion. D'où une assistance qui a "ri", mais s'est aussi laissée aller à des "cris" dignes d'une "remise de prix".

Quant à la rédaction de USA Today, elle avait déjà compris en quoi les larmes de la petite Paris, fille de Michael Jackson, allait rester une image forte de cette cérémonie qui restera sans doute l'histoire dans l'histoire de ce deuil national. D'où cette titraille: «Le douloureux adieu de sa fille couronne la cérémonie».

Une pauvre Paris qui se retrouve aussi en Une du Daily News qui titre «Des Larmes Pour Papa». Presque un doublon du "Au Revoir Papa" choisi par le New York Post. Il va donc falloir aux journalistes américains comme à leurs confrères du monde entier faire preuve de beaucoup, mais alors vraiment beaucoup d'imagination pour parler de feu Michael Jackson.

Parce que si le Roi de la Pop est mort, vive le roi.

Michael Jackson - Les dernières actus