De Bastian Baker à Adele, sur la voix de l'amour

En amour il y a de l’engagement. Il y a celui de Don Juan, Roméo ou encore Cyrano et puis il y a celui de Bastian Baker, Adele ou Marc Lavoine. Pour séduire leur Valentine ou leur Valentin, ils poussent la chansonnette.

Bastian Baker ,  « Hallelujah » !

Bastian Baker, vous connaissez évidemment… C'est ce jeune Suisse de 21 ans qui s'est illustré avec sa reprise d' « Hallelujah » de Leonard Cohen ou encore avec sa participation à l'émission télévisée, « Danse avec les stars »…

Séduisant, vous avez dit séduisant… Et pour cause une plastique irréprochable, celle d'un hockeyeur qui, poussé par le père d'un amie, opte finalement pour une carrière de chanteur.
Un parcours qu'il entame avec un premier single, « Lucky » (2011), qui rencontre un très large succès dans son pays d'origine. 

Une gageure pour celui qui de se déclare : « désillusionné » en amour… Et pourtant les fans ne manquent pas.
Plus de 15.000 exemplaires vendus pour son premier opus, « Tomorrow may not be better », et un concert qui a affiché complet le 17 décembre dernier à la Cigale.

Un succès qui lui permet de voir les choses en (plus) grand, puisque Bastian Baker se produira à l'Olympia le 24 avril prochain.
D'ici là, c'est une Sans Valentine que devrait passer Bastian Baker, sauf si vous…


Adele , « Someone like…Her »

Une fois son petit Angelo  endormi, nul doute qu'Adèle dédiera sa soirée à La Saint Valentin et à son délicieux, Simon Konecki.
Et ce, d'autant que l'interprète britannique avait, il y a quelques mois encore, laissé entendre qu'elle pourrait se retirer de la scène musicale durant plusieurs années pour se consacrer entièrement à son Roméo, âgé de 36 ans et président-fondateur de l'association Drop4Drop.

«Il est merveilleux. Et il est fier de moi mais se moque de ce que je fais ou de ce que les gens peuvent penser. Il veille sur moi. Je ne crois pas que j'aurais surmonté ma convalescence si cela n'avait pas été pour lui » avait affirmé Adele sur les réseaux sociaux, faisant ainsi référence à son opération des cordes vocales.

En dépit de la naissance de ce premier enfant en octobre dernier et heureusement pour les fans de l'artiste folk/soul, Adele ne semble pas devoir abandonner la chanson.
Et quel meilleur démenti que sa participation à la bande originale du 23éme opus de James Bond, « Skyfall », qui vient de lui valoir un Golden Globe et une nomination à la cérémonie des Oscars qui se tiendra le 24 février.

Détentrice de sept Grammy awards, dernier en date celui obtenu dimanche  pour la « Meilleure interprétation pop solo » avec son " live " de " Set fire to the rain " (2012) au Royal Albert Hall de Londres, et auréolée de l'album le plus vendu du XXIème siècle avec « 21 » (janvier 2011), Adèle peut se targuer d'être une Valentine pour le moins convoitée  et une amoureuse jamais assouvie à l'image du titre phare de son dernier opus, « Someone like you ».


Marc Lavoine , duo de charme

C'est un véritable conte de fée ou plutôt de princesse quotidien que partage Marc Lavoine avec sa Valentine.
Le chanteur, épouse en effet  en 1995 la princesse Sarah Poniatowski (descendante de l'impératrice Joséphine de Beauharnais et de Talleyrand).

Et pourtant, elles sont et continuent d'être nombreuses à vouloir tout donner pour « Une biguine avec toi » (1984), toi qui a « Les yeux revolver » (1985).

Le charme de sa voix suave et quelque peu éraillée opère également sur les duos dont Marc Lavoine s'est emparé bien avant que ne soit courtisé le genre par les maisons de disques.

Ainsi, de ballades en morceaux plus rythmés, ses morceaux à deux voix laissent rêveurs : Catherine Ringer (" Qu'est-ce que t'es belle " - 1987), Cristina Marocco  (« J'ai tout oublié » - 2001)  ou encore Claire Keim (« Je ne veux qu'elle » - 2001).

Un romantisme et une sensualité qui s'illustre toujours davantage à la ville et à la scène, avec son onzième opus, « Je descends du singe » (septembre 2012) avec ce nouveau duo partagé avec Julie Gayet (« Avec toi »)


Rihanna , un amour sulfureux


Il n'y aura pas eu de Saint Valentin pour Rihanna en 2009 et pourtant « exit » sa violente dispute du 8 février de cette même année avec Chris Brown .
Copieusement frappée au visage par son petit ami, alors que le couple se rend à la cérémonie des Grammy awards, Rihanna semble, sans peut être oublier, du moins vouloir pardonner.

C'est en tous cas ce que les fans retiennent de l'édition 2013 des Grammy awards qui s'est déroulée le week-end dernier et durant laquelle le couple n'a pas été avare de gestes amoureux. 

Et déjà le mois dernier, Rihanna s'expliquait, dans les colonnes du magazine américain « Rolling stones », sur la nouvelle tournure que devait prendre sa relation avec Chris Brown : "J'ai décidé qu'il était plus important pour moi d'être heureuse", ajoutant : " après avoir été tourmenté pendant tant d'années, d'être en colère et si sombre, j'ai préféré vivre ma vérité et en accepter les conséquences ".

Leur amour s'affranchit des normes et des commentaires comme en témoigne, « Nobody's business » le titre que Rihanna interprète en duo avec Chris Brown sur son dernier album, « Unapologetic  » (novembre 2012) et dont le dernier extrait, « Stay », vient de faire l'objet d'un clip dans lequel la chanteuse de La Barbade apparaît en tenue d' Eve .   


« Histoires naturelles » de Nolwenn Leroy

Loin de l'image lisse de la Star Academy qui lui a permis de se faire connaître pour ensuite s'épanouir sur des interprétations et des albums proches de son univers, cette  « (Ô)  Fille(s) de l'eau » (novembre 2012), son cinquième album, est une devenue une égérie « Bretonne » (décembre 2010), son précédent opus vendu à plus d'un million d'exemplaires certes, mais également de l'amour.

Celui du tennisman Arnaud Clément, qui partage sa vie depuis plusieurs années maintenant mais également celui de son identité, « Bretonne » qu'elle revendique une fois encore avec « Ô filles de l'eau », une ode à la chanson celtique.

Après avoir proposé des reprises, version pop, sur « Bretonne », Nolwenn Leroy offre treize titres originaux peuplés de sirènes et d'océans qui bordent les légendes celtes. Des hymnes à l'amour, dont l'issue est plus ou moins heureuse et qui s'appellent « Ophélia », « Ahès » ou encore « Davy Jones ».

Un amour protéiforme qui se conjugue décidément au féminin, au masculin, au singulier ou encore au pluriel et une Saint Valentin qui se célèbre avec sa ou son cheri(efm) !

Nolwenn Leroy - Les dernières actus