Biographie Patty Pravo

Nicoletta Strambelli Né(e) le 9 avril 1948 (68 ans)

Sa biographie

L'art dans la peau

Nicoletta Strambelli vit une enfance heureuse qu'elle passe aux côtés de ses grands-parents qui l'élèvent dans le goût de la liberté. Sans vraiment s'en rendre compte, l'entourage de Nicoletta Strambelli l'ouvre au monde de l'art.

Ce sera notamment le cas de Cesco Baseggio, comédien de métier, de Toti Dal Monte, une soprano italienne de renom, ou encore le Cardinal Roncalli qui sera consacré Pape sous le nom de Giovanni XXIII. C'est devant ces amis très spéciaux que Nicoletta Strambelli fait ses premières armes en tant qu'artiste. En tout cas, son public est tout simplement conquis et acclame cette fillette pétillante qui possède déjà la capacité de réaliser, avec brio, plusieurs projets à la fois.

À dix ans à peine, Nicoletta Strambelli est une fille qui sait ce qu'elle veut. Elle refuse de poursuivre sa scolarité au sein d'un pensionnat. Elle finit donc en tant qu'élève au sein d'une école publique où elle noue une relation profonde avec son enseignante qui appren d de s chants à ses élèves dont « La Marseillaise », l'hymne nationale française.

Parallèlement, la jeune fille suit des cours de danse auprès de Turrito, l'une des danseuses du théâtre La Fenice. Non contente de s'initier à la danse, Nicoletta Strambelli apprend également les rudiments du piano aux côtés de Mazzin Crovato et de Ettore Gracis. Elle se passionne tellement pour la discipline qu'elle envisage, à l'époque, d'embrasser une carrière de pianiste.

À seulement dix ans, elle intègre le Conservatoire Benedetto Marcello. Du fait de sa détermination mais surtout de ses talents, elle entre tout de suite en quatrième année. Son passage au sein de cet établissement constituera pour elle une expérience inoubliable et riche en enseignements.

Huit ans plus tard, son grand-père meurt. Dévastée, Nicoletta Strambelli décide de quitter Venise et part à la conquête de Londres.


Dans la cour des grands

Dans les rues de Londres, Nicoletta Strambelli découvre un aspect de l'art qu'elle n'a jamais soupçonné. Elle entend également des rumeurs quant à un club branché de Rome qu'elle brû le de découvrir de ses propres yeux.

La voilà donc repartie pour l'Italie. Dans une robe signée Emilio Pucci, elle se fait remarquer par Alberigo Crocetta, le propriétaire des lieux avec ses pas de danses impeccables. Celui-ci lui demande si elle est aussi bonne chanteuse qu'elle est bonne danseuse.

C'est ainsi qu'el le de vient la chanteuse attitrée du Piper – le fameux club branché –, et prend le nom de scène de Patty Pravo. L'artiste sort très vite un disque intitulé « Ragazzo triste » qui reçoit un bel accueil autant de la part du public que de la part des critiques. Il sera suivi de deux autres chansons qui la mèneront vers la cime du succès en l'occurrence « Qui e la » et « Se perdo te ».

Ce dernier titre est particulièrement acclamé par le public. En plus d'être une chanson d'amour profonde, elle met également en valeur la voix chaude et caressante de la chanteuse. Même si elle joue désormais dans la cour des grands, Patty Pravo n'a toujours pas l'impression d'être une chanteuse. Ses disques se vendent pourtant à travers le monde.

« La bambola » est un succès phénoménal qui s'écoule à plus de 9 millions d'exemplaires dès sa sortie. La chanson caracole en tête des classements dans plusieurs pays du monde dont la France, le Japon, l'Espagne, l'Allemagne sans oublier l'Amérique du Sud.

Depuis « La bambola » s'est vendu à environ 30 millions de copies. Dès lors, c'est l'engouement pour Patty Pravo qui déchaîne les passions. Les jeunes veulent s'habiller comme elle et la hisse au rang d'idole.


Chanteuse et danseuse de talent

Au plus fort de sa carrière, Patty Pravo a amené un vent de changement dans le monde de la musique de son époque. Elle surprend le public lorsqu'elle propose un spectac le de chant dans lequel elle propose également ses talents de danseuse. Elle compte également parmi les premiers artistes à faire appel aux nouvelles technologies dans l'arrangement de sa musique.

Au fil des années, la jeune fil le de vient une superbe femme qui manie à la perfection l'art d'interpréter des belles chansons et d'y apporter une touche de finesse. Elle interprète avec brio les chansons de grands noms de la musique comme Jacques Brel dont elle empruntera les chansons « La chanson des amants » et « Ne me quitte pas » et en fait des sublimes reprises, les Beatles, o Ferr é ou encore Neil Diamond .

Pendant la décennie 1980, Patty Pravo décide de changer de cap et s'envole pour les États-Unis. Elle continue de donner des concerts et à chaque fois, l'engouement est toujours le même. Ses fans sont toujours derrière elle et les critiques continuent à être dithyrambiques.

Au milieu de la décennie suivante, elle part à la conquête de la Chine où elle rencontre un beau succès. Peu après, elle revient en Italie où son public l'attend toujours.

En 1996, elle participe au Festival de Sanremo au terme duquel elle partira pour une tournée de 120 dates. Dans les années 2000, il continue de proposer des chansons romantiques à souhait au public.

Chaque été, Patty Pravo présente des « tours » auxquels de nombreux spectateurs de toutes les générations assistent avec ferveur.