Biographie Paul McCartney

James Paul McCartney Né(e) le 18 juin 1942 (74 ans)

Sa biographie

C'est seul que James Paul Mac Cartney s'initie à la guitare à l'adolescence. Selon la légende, il est d'ailleurs incapable de déchiffrer une partition musicale. Son oeuvre s'écrit et se joue à l'oreille.


Son début avec les Beatles

Avec John Lennon , rencontré en 1957, et George Harrison , il monte un groupe, rapidement rebaptisé les Beatles. Peter Best, le batteur, ne tarde pas être remplacé par Ringo Starr, ex batteur des Hurricanes.

La formation (voir la biographie des Beatles) rencontre le succès mondial que l'on connaît avec des titres aujourd'hui entrés dans la postérité, "Let it be", "Help", "All you need is love", "Yellow submarine" ou encore "Sgt Pepper's lonely hearts club band", un album presque entièrement porté par Paul Mac Cartney.

Celui, qui est désormais le leader des Beatles depuis 1967, annonce la séparation du groupe le 10 avril 1970.

Si la déception des fans est immense, les milieux autorisés ne sont pas plus surpris que cela par cette annonce. John Lennon et George Harrison délaissaient déjà la formation depuis plusieurs mois.


La fin des Beatles et le début des Wings

Paul McCartney
ne tarde pas à rebondir pour devenir le plus prolifique des ex-membres du groupe. Une semaine seulement après l'annonce fatidique, l'artiste sort "Mc Cartney". La critique, qui lui reproche d'avoir utilisé la séparation des Beatles pour promouvoir son album, est sévère.

En revanche, son deuxième album, "Ram", reçoit un accueil élogieux outre-Atlantique. On y peut y lire "Les Beatles sont revenus, ils s'appellent aujourd'hui Paul McCartney ".

Sur cet album, enregistré en solo, les futurs membres des Wings sont déjà présents. Il y a Paul évidemment mais également Linda, Denny Seiwell, et deux musiciens de studio ayant travaillé trois ans avec les Wings, David Spinozza, et Hugh McCracken.

Paul Mac Cartney, qui se lance officiellement avec son groupe en 1971, revient avec "Band on the run". Le disque, qui sort en 1973, lui vaut, aussi nombre de louanges.

Le chanteur enchaîne avec "Venus and Mars" deux ans plus tard. Le disque est le préambule à une tournée américaine.
1979 est marquée par la sortie du dernier album des Wings, "Back to the egg".


L'aventure solo


Le chanteur, qui lance un nouvel opus, "Mc Cartney II" en 1980, s'offre également des duos avec Stevie Wonder, Elvis Costello ou encore Michael Jackson .

L'artiste, continue dans le même temps de caresser le secret espoir d'une reformation avec les Beatles. Ses plans sont finalement définitivement contrariés.

John Lennon est en effet Assassiné en plein coeur de New-York par un fan déséquilibré le 8 décembre 1980.
Paul Mac Cartney lui rend un vibrant hommage avec la chanson "Here today".

Un titre repris, bien des années plus tard, en 2003, sur son album live "Back in the world". On y trouve également une reprise en forme d'hommage de la chanson "Something" de George Harrison .

En 1981, c'est la dissolution des Wings. L'arrestation de Paul Mac Cartney au Japon pour détention de marijuAna est, semble t-il, à l'origine de cette décision. Une thèse accréditée par l'album solo de Denny Laine, "Japanese tears".

Dès lors, c'est en solo que Paul Mac Cartney exerce sa créativité. "Off the ground" en 1993 ou encore "Flaming pie", quatre ans plus tard.


L'artiste est de retour après 9 ans d'absence

Après un passage au Stade de France en 2004, "Chaos and Creation in the Backyard", paraît un an plus tard.
Produit par Nigel Godrich, le producteur de Radiohead, il démontre que l'artiste reste l'un des plus grands mélodistes du siècle, comme en témoigne également, "Memory almost full" deux ans plus tard. De la ballade "End Of The End", aux rimes enjouées de Ever Present Past, le chanteur reste fidèle à lui-même.

En 2007, l'artiste effectue son retour à l'Olympia pour un concert exceptionnel le 22 octobre. L'ex membre des Beatles s'y était déjà produit en 1964 lors d'un passage légendAIRe avec le groupe.

En 2008 est sorti un nouvel album expérimental, "Electric Arguments". Il est signe sous le pseudonyme "The Fireman" et contient 13 chansons coécrites avec Youth.


Au service de sa majesté

Très attaché à son public, Paul McCartney enchaîne les concerts avant de revenir avec un quinzième album solo.
Intitulé « Kisses on the bottom », il sort en février 2012.
Pour ces reprises de classiques de jazz, l’ex Beatles s’entoure d’Eric Clapton à la guitare sur « My Valentine »ou encore de Stevie Wonder à l’harmonica sur « Only our hearts ».

Le 4 juin 2012, Sir Paul McCartney est sur scène pour le jubilé de diamant de la Reine Elisabeth II pour lequel il interprète notamment : « Magical mystery Tour » et « Let it be » .
Le mois suivant, c’est avec les chansons « Hey Jude » ou encore « The end » qu’il assure une nouvelle fois le spectacle lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'été de Londres.

En octobre 2013, Paul McCartney est de retour chez les disquaires avec son nouvel album « New » sur lequel il s’exprime en ces termes : « C’est drôle, quand je joue le disque aux gens, ils sont surpris.
Le disque est plutôt varié et aborde des genres où l’on ne me retrouve pas habituellement.
Je n’avais pas envie que tout sonne de la même façon. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir pendant l’enregistrement.
J’aime toujours autant arriver en studio pour enregistrer des nouveaux titres, et j’ai eu la chance de pouvoir travailler avec des très bons producteurs. On s’est vraiment bien amusé. » 
 
Paul Mac Cartney demeure l'éternel jeune bassiste de Liverpool, tendre et mélodique. L'artiste a conservé intact sa créativité.


Les dernières actus de Paul McCartney

Ses photos