Sa biographie

Des inspirations diverses

C’est à l’université d’Harvard que Thomas Lauderdale rencontre China Forbes.
Tous deux passionnés par la musique et le cinéma, ils se mettent à écrire et composer ensemble. Ces derniers se produisent en concert lors de collectes de fonds politiques, notamment cel le de John Kerry, cousin éloigné de China Forbes.

Le groupe se forme officiellement en 1994, alors composé de Thomas Lauderdale au piano, Gavin Bondy à la trompette, Derek Rieth aux percussions, Martin Zarzar à la batterie, Phil Baker à la basse et China Forbes au micro

En 1997 sort leur premier album « Sympathique » qui devient double disque d’or. L’opus est produit sur Heinz Record, label que le groupe vient de créer.

C’est leur reprise du titre d’ E dith Piaf « Je ne veux pas travailler » qui les révèle, se vendant à plus de 650 000 exemplaires dans le monde. En 2000, la formation est d’ailleurs nominée aux Victoires de la musique dans la catégorie « Chanson de l’année » et « Révélation de l’année ».

Une musique cinématographique


Passionné de cinéma, Pink Martini multiplie les références cinématographiques aussi bien musicalement que textuellement. La formation se produit ainsi dans de nombreux évènements liés au cinéma, dont  le festival de Cannes en 1998.

En 2004, le groupe revient avec « Hang on Little Tomato », album qui mélange encore anglais, français et italien. Un voyage à travers les langues, avec pour inspiration aussi bien le music hall français, la musique cubaine que le Jazz Américain.

Intitulé « Hey Eugene », leur troisième opus voit le jour en mai 2007. Véritable clin d’œil à la musique de Nat King Cole et à cel le de s films d’Almodovar, Pink Martini s’offre même un duo avec Jimmy Scott sur une reprise du morceau « Tea for two ».