Biographie Portugal.TheMan

Créé le le 1 janvier 2004 (14 ans)

Sa biographie

Portugal. TheMan est un groupe de pop indépendant originaire d’Alaska formé au début des années 2000. Il mêle l’électro, la pop et la soul. Très actif, avec huit albums en douze ans de carrière, Portugal. The Man revient en 2017 avec l’album «Woodstock», porté par le single «Feel It Still» qui s’impose dans les charts.

Portugal. The Man est un groupe de pop indépendant américain. Aujourd’hui composé de six membres – John Baldwin Gourley et Zachary Scott Carothers, Kyle O’Quin, Jason Sechrist, Zoe Manville et Colleen Jason – le groupe a vu passer une dizaine de musiciens depuis les débuts en 2004.

C’est après avoir quitté leur groupe d’origine, Anatomy of a Ghost, que le chanteur John Gourley et Zach Carothers, bassiste et vocaliste, décident de former Portugal. The Man. Ils ont ensuite été rejoints par Jason Sechrist (batterie), puis Kyle O’Quin.

Pourquoi ce nom étrange? À l’instar de David Bowie, le groupe a voulu «voir grand» et ne voulait pas reprendre le nom d’un des musiciens dans celui du groupe. Il tenait à donner une image de groupe. Un pays étant un groupe de personnes, va pour un nom de pays. Portugal aurait été le premier à leur venir à l’esprit. Le nom du groupe serait en fait Portugal. Le point entre Portugal et The Man insisterait sur ce fait. Et il se prononce : period (point, en anglais). The Man indiquerait que le groupe ne fait qu’un (Un pour tous, tous pour un). Une autre rumeur circule qui veut que ce nom soit en fait le titre d’un livre que Gourley aurait projeté d’écrire sur son père et ses nombreuses aventures.

Les membres du groupe décident de quitter l’Alaska pour poursuivre leurs études et leur carrière plus facilement, et s’installent à Portland, en Oregon, capitale du rock «indé» et de l’électro.

Pas si facile de se faire une place!

Mais si Portland est La Mecque du rock «indé» – la ville accueille plus de sept cents groupes – il n’y est pas très facile de se faire remarquer. Le groupe surfe sur la vague des réseaux sociaux et obtient une petite notoriété grâce à des plateformes comme MySpace. En 2005, il sort son premier EP, puis un premier album, «Waiter: You Vultures!», début 2006, produit par Casey Bates, chez Fearless Record.

En 2007, Portugal. The Man sort «Church Mouth», son deuxième album et entame une longue tournée à travers les États-Unis. Cette fois, le groupe est tête d’affiche. Ils enchaînent par une tournée en Europe, puis par une autre tournée américaine.

Portugal. The Man produit son troisième disque sous son label indépendant Approaching AIRballons, après avoir quitté Fearless Record. Pour ce projet, le groupe recherche un nouveau son et fait appel à des violons, de la contrebasse, de la trompette et du trombone pour «Censored Colors». Cet album reste l’un des favoris du groupe.

Un travail qui porte ses fruits 

En 2009, Portugal.The Man revient avec l’album, «The Satanic Satanist». Leur travail acharné finit par porter ses fruits: ce disque leur permet d’entrer dans le prestigieux classement Billboard 200. Et John Gourley reçoit le prix de «Meilleur chanteur de l'année 2008» décerné par AP Magazine.

Ils sortent ensuite un nouvel album très électro, «American Ghetto», dont aucune version presse n’a été distribuée, afin d’éviter les fuites sur les réseaux sociaux et les sites musicaux.

En avril 2010, le groupe signe avec le prestigieux label Atlantic Records. Les musiciens, qui s’autoproduisaient depuis un certain temps, apprécient de pouvoir se consacrer à leur travail musical.

En 2011, après une tournée d’été, Portugal. The Man revient avec «In The Mountain, In the Cloud». Le thème principal, même si le groupe récuse le terme de concept-album, est la vie qui passe et la réincarnation. Peu de temps auparavant, ils avaient mis en ligne une vidéo de treize minutes, «Sleep Forever», qui rend hommage à la beauté de l’Alaska, d’où viennent les deux seuls membres du groupe original. Le clip fut d’ailleurs filmé dans le jardin de John, à Wasila, en Alaska.

Le groupe reprend la route et connaît la désagréable expérience de se voir voler son van et tous les instruments et matériel qu’il contenait. Après un message posté sur le site internet du groupe, une grande partie est récupérée.

En juin 2013, Portugal.The Man sort «Evil Friends», un nouvel album studio, mais le groupe ne veut pas se reposer sur ses lauriers. Dès 2014, les membres retournent en studio avec Mike D, des Beasties Boys, pour un nouvel album studio. Il leur faudra trois ans pour arriver à ce qu’ils souhaitaient. Entre temps, ils produisent un titre sur vinyle en édition limitée à 400 exemplaires, pour attirer l’attention du public sur les tigres de Sumatra en voie d’extinction. Comme eux, le disque est amené à disparaître. À moins que…

«Woodstock», l’album qui cartonne

Portugal.The Man sort enfin, en mars 2017, l’album «Woodstock», porté par le single «Feel It still». La chanson, qui raconte l’envie de rester jeune et dynamique malgré les responsabilités familiales et l’âge avançant, est un titre très pêchu, aux influences multiples (soul, rock, jazz, et même pop). Pour la petite histoire, on raconte que le refrain «Rebel just for kicks» serait resté sous le coude de Gourley jusqu’à ce que Asa Taccone viennent l’aider à débloquer l’affaire.

Plébiscité par le public américain, «Feel It still» emballe aussi le public français après le passage du groupe dans l’émission de Yann Barthès, Quotidien. Il est toujours Numéro 1 des charts Alternatives Songs du Billboard.

Quant à l’album, au titre qui rappelle le fameux festival et la situation de l’Amérique d’alors, enlisée dans la guerre du Vietnam, mais résistant par la musique, ses concepteurs souhaitent qu’il soit un geste politique en faveur d’un retour vers une situation plus saine.