Biographie Sia

Sia Kate Isobelle Furler Né(e) le 18 décembre 1975 (40 ans)

Sa biographie

Sia Kate Isobelle Furler voit le jour le 18 décembre 1975 à Adélaïde, en Australie.
Avant de connaître le succès dans une carrière solo, Sia effectue ses premiers pas musicaux, dans les années 90, au sein du groupe australien Crisp. Avec les membres de sa formation,  deux albums voient le jour : « Word and the Deal » et «Delirium », dans un registre acid house.

Quelque temps plus tard, en 2000, la chanteuse quitte l’Australie afin de faire carrière en Europe. Elle s’installe alors en Grande-Bretagne où elle connaît rapidement le succès.


L’aventure Zero 7

Sia démarre en simple choriste pour des artistes tels que Jamiroquai ou encore Massive Attack. L’Australienne postule également à un casting pour travailler avec le groupe britannique Zero 7, et est retenue.

Avec les Zero 7, Sia enregistre deux morceaux « Destiny » et « Distractions », qui s’inscrivent sur le premier opus du groupe « Simple Things ».

La collaboration réussie, Sia participe également au second album des Zero 7, « When It Falls », ainsi qu’au troisième, « The Garden ».

Mais ces projets ne l’empêchent pas de se construire en parallèle une carrière solo. Bien au contraire, sa participation au sein de Zero 7 lui permet de s’épanouir en solo comme elle le raconte elle-même : « Je savais que je pouvais mener ma carrière solo comme je l'entendais, sans jamais craindre de ne pas pouvoir payer mes mensualités. »


Sia en solo

Sia enregistre en 2002 un premier album solo « Healing Is Difficult », alors qu’elle passe par une phase de dépression suite à la disparition tragique de son fiancé.

Mais c’est grâce à l’album suivant,  « Colour The Small One » (2004),  que Sia se voit dresser des éloges. Elle collabore avec  plusieurs artistes dont Beck qui lui compose le titre « The Bully ». Dans la presse, les fans lisent à l’époque « Une voix aussi puissante qu’une corne de brume et aussi délicate qu’un murmure » (Sunday Times). C’est également grâce au single déchirant, « Breathe Me », qui figure au générique de la série « Six Feet Under », que Sia voit sa côte grimper. « Don't bring me down » est quant à lui intégré à la bande originale de « 36, Quai des Orfèvres » (2004) d’Olivier Marchal.


La collaboration avec Christina Aguilera

Suite à ce succès, Sia revient sur le devant de la scène musicale en 2008 avec un troisième opus « Some People Have Real Problems ». Ce nouvel album, aux sonorités électro, rock et pop, permet à Sia de confirmer son talent au travers notamment de « Buttons », dont le clip, la mettant en scène le visage grimaçant, fait le buzz sur le net.

En 2009, Sia s’offre une nouvelle collaboration, avec Christina Aguilera. Cette fois, ce sont quatre titres qui sont présents sur l'album « Bionic » de la pop star américaine.  

La chanteuse australienne revient en 2010 avec un nouveau projet, « We Are Born », en bénéficiant du soutien de Kanye West et Nick Valensi, guitariste des Strokes. L’opus est produit par l’Américain, Greg Kurstin (Kylie Minogue, Beck, Lily Allen). Aux ARIA Music Awards, cérémonie récompensant le meilleur de la musique australienne, Sia voit son travail récompensé des trophées de la Meilleure sortie indépendante, du Meilleur album pop et du Meilleur clip pour « Clap Your Hands », réalisé par Kris Moyes.


Au repos forcé

En juin 2010, Sia avoue être atteinte de la maladie de Graves Basedow, une maladie auto-immune de la thyroïde. L’artiste doit alors se résoudre à s’éclipser momentanément de la scène pour mieux se soigner.

Quelques mois plus tard, en février 2011, elle reprend les performances et sa tournée australienne avant de se consacrer majoritairement à des collaborations. Elle chante notamment sur les hits « Wild Ones » de Flo Rida et « Titanium » de David Guetta, qui s’est écoulé à plus de 3,8 millions d’exemplaires aux Etats-Unis et qui a été certifié disque d’or en France. En 2012, elle prête une nouvelle fois sa voix au DJ français et apparaît en featuring sur le single « She Wolf (Falling to Pieces) ». 


Sa plume au service des plus grands

Si on l’entend à nouveau en solo sur la bande originale de « Gatsby le Magnifique » avec l’inédit « Kill and Run », Sia se fait ensuite beaucoup plus discrète en n’offrant plus que sa plume à ses collègues. Elle co-écrit ainsi « Let Me Love You (Until You Learn to Love Yourself) » avec Ne-Yo, « Diamonds » de Rihanna, « Radioactive » de Rita Ora, ainsi que deux morceaux sur l’opus « Alive » de Jessie J. 

En 2013, elle offre également trois chansons à Britney Spears pour « Britney Jean », dont le single « Perfume », en plus de participer aux featurings « Beautiful Pain » d’Eminem et « Battle Cry » de la rappeuse Angel Haze. La magie des mots de Sia opère dans tous les registres, et l’auteure ne cesse d’être plébiscitée par les plus grands. Céline Dion lui doit le puissant « Loved Me Back To Life », Katy Perry le titre « Double Rainbow », Beyoncé son single « Pretty Hurts ». Jennifer Lopez, Lea Michele, Kylie Minogue et Shakira font elles aussi appel à ses talents pour leurs nouveaux albums respectifs.


Retour sur le devant de la scène

Sia n’en oublie pas sa propre carrière pour autant et annonce en septembre 2013 peaufiner son sixième album studio avec son fidèle acolyte Greg Kurstin. Intitulé « 1000 Forms of Fear », le disque verra le jour en juillet 2014, fort du succès du premier single « Chandelier » qui cartonne dans le monde entier. La chanteuse se fait également remarquer par ses apparitions télévisées, notamment lors de l'émission Danse Avec Les Stars. Ne voulant pas être reconnue, elle se produit de dos.

En décembre 2014, SIA est récompensée de cette année de succès par deux trophées lors de la cérémonie des NRJ Music Awards. Elle est sacrée « Artiste Féminine de l'Année » et remporte également l'Award de la « Chanson Internationale de l'Année » pour son hit « Chandelier ».  


Une année triomphale… et déjà la suite ! 

Sia sort ensuite deux autres singles, « Elastic Heart », qu’elle a composé avec Diplo, et « Big Girls City ». Pour le clip du premier, elle fait appel à Shia LaBeouf et la jeune danseuse Maddie Ziegler, que le public avait adoré dans le clip de « Chandelier ». On la retrouve également dans le clip de « Big Girls City ». Le 12 mai, elle enregistre une reprise de « California Dreamin » de The Mamas & The Papas pour le film « San Andreas », et sort dans la foulée son jeu mobile, « Bob Job ».

En début d’année, elle annonce dans le NME que le successeur de « 1000 Forms of Fear » est prêt, et qu’il s’appellera « This Is Acting ». Le premier single extrait de ce nouvel opus, « Alive » sort le 24 septembre. Il a été co-écrit par Sia, Adele et Tobias Jesso Jr. 

L’album est finalement dévoilé en janvier 2016 et est suivi d’un nouveau single peu après : « Cheap Thrills ». Il permet à Sia de se classer pour la première fois en première place du Billboard Hot 100. Parmi les autres morceaux extraits de l’album on retrouve notamment « Bird Set Free », « Unstoppable » ou encore « One Million Bullets ».


Une année 2016 pleine de projet

Au printemps 2016, Sia fait le bonheur de ses fans en annonçant une immense tournée, le « Nostalgic for the Present Tour », c’est la première fois depuis cinq ans que la chanteuse s’embarque pour un grand voyage qui doit démarrer fin septembre 2016.

A la fin de l’été, la chanteuse surprend à nouveau ses fans en dévoilant un morceau inédit. Il s’agit de « The Greatest » en featuring avec Kendrick Lamar et pour le clip duquel elle fait à nouveau appel à Maddie Ziegler. Le morceau rend hommage aux presque 50 personnes décédées lors de la tuerie d’Orlando en Floride qui a eu lieu dans le club gay Pulse en juin 2016. 

« The Greatest » est le premier single extrait de son nouvel album à sortir et intitulé « We Are Your Children ».

En septembre 2016 Sia fait partie de la liste des nommés pour les NRJ Music Awards 2016. La chanteuse est en lice dans les catégories Groupe/Duo International de l’Année, Artiste Féminine Internationale et Chanson de l'Année pour son hit «Cheap Thrills» en featuring avec Sean Paul.


Les dernières actus de Sia

Ses vidéos

Ses photos