Biographie Sister Sledge

Sister Sledge Né(e) le 30 novembre 1970 (46 ans)

Sa biographie

Leurs premiers pas

Elles naissent toutes à Philadelphie, dans les années 1950. Petites filles de la chanteuse d'opéra Viola Williams, elles ont toutes grandi dans leur ville natale.

Depuis leur tendre enfance, les soeurs Sledge reçoivent des leçons de chant de leur grand-mère et prenaient l'habitude de chanter ensemble sous le nom de Mrs Williams Grandchildren.

En outre, elles ont hérité du talent de leur père qui faisait partie d'un fameux du o de Broadway, Fred and Sledge. Sans oublier qu'elles faisaient les choristes dans les églises de Philadelphie, apparaissaient dans les clubs et remportaient déjà différents concours de chants.

Repérées par Charles Simmons, elles signent leur premier contrat avec Atco records et enregistrent leurs premières productions. Cette collaboration aboutit à leur entrée au UK singles chart en 1975 avec leur Chanson « Mama never told me », alors qu'elles étaient encore très jeunes.

La même année elles réalisent leur premier album « Circle of love » qui sera suivi en 1977 par « Together ».

En Asie, notamment au Japon, elles se font connaître par leur single « Love, don't you go through no changes on me », numéro un au hit parade japonais. D'ailleurs elles obtiendront des reconnaissances au Festival de musique de Tokyo mais apparemment, elles n'ont pas encore vraiment trouvé leur place sur la scène internationale.


Boom avec « We are family »

Après avoir rencontré les soeurs Sledge et charmés par leur harmonie sublime, Nile Rodgers et Bernard Edwards du groupe de disco funk Chic leur proposent de chanter avec eux.

A un certain moment, les deux musiciens leur composent l'album « We are family » réalisé le 30 avril 1979. Là, c'est le boom total, les Chanson s de l'album gagnent rapidement les clubs et les ondes radiophoniques.

La Chanson du même titre fait chavirer le coeur du public américain, elle est sacrée numéro un du R'n'B chart et numér o de ux du pop chart de 1979. Elle est mê me de venue l'hymne du club de baseball Pittsburgh Pirates de Pennsylvanie qui a d'ailleurs remporté le tournoi de baseball de 1979.

Elle sera également reprise quelques années plus tard dans le film The Birdcage joué par Robin Williams et Nathan Lane et figurera sur les réalisations d'autres artistes de renom comme les Spice Girls.

L'autre tube de l'album qui augmente la réputation des Sister Sledge n'est autre que « He's the greatest dancer » également en tête de classement du R'n'B chart et dans les Top 10 du pop chart américain.

Le single sera repris par Will Smith dans « Gettin' jiggy with it » et deviendra un hit du Top 40 international dans la version de Dannii Minogue. L'album incluant deux autres singles est un succès phénoménal en Europe et aux États-Unis.


D'autres exploits et le départ de Kathy Sledge

Désormais la vie des Sister Sledge ne sera plus comme avant. Au début des années 1980, elles continuent à épater les fans américains avec leurs singles tels que « Got to love somebody » et « All american girls » extrait de l'album éponyme produit par Narada Michael Walden.

L'année d'après, elles sont toujours les vedettes avec les Chanson s « My guy » et « All the man that I need » qui sera reprise par Whitney Houston . En 1984, elles regagnent le hit parade britannique avec « Thinking of you ».

Mais le grand rendez-vous du succès avec le public du Royaume-Uni se fera avec le single « Frankie » au top du UK chart de l'été 1985 pendant quatre semaines.

Après cet exploit, leur prospérité a tendance à décliner aussi Kathy Sledge choisit de s'envoler de ses propres ailes à partir de 1992. Néanmoins, elle reviendra prêter sa voix pour différents concerts des Sister Sledge et pour l'album « African eyes » vers la fin des années 1990.

Au fil du temps, Debbie et Joni Sledge travailleront avec d'autres artistes mais en 2004, on reverra les quatre soeurs au festival international Food and Wine Festival.