Biographie Spin Doctors

Spin Doctors Né(e) le 30 novembre 1987 (29 ans)

Sa biographie

Des débuts remarquables

Les Spin Doctors se distinguent parmi les autres formations de leur époque par leur début qui s'est réellement joué sur du velours. Organisé en 1988 autour de Chris Barron, qui sera le pilier vocal de la formation, le groupe n'a pas eu à attendre bien longtemps avant d'attirer l'attention des producteurs.

Deux années à peine après les débuts de leur aventure commune, les Spin Doctors livrent un premier EP qui servira de base plus tard à un album plus élaboré. Enregistré entre août et décembre 1990, « Pocket full of kryptonite » se retrouve dans les bacs dès l'été 1991.

Les dix pistes de cet album phénomène font des ravages chez tous les mélomanes. Deux titres en particulier susciteront l'engouement des stations radios qui diffusent en boucle « Little miss can't be wrong ». « Two princes » ne quittera pas non plus les ondes et en l'espace d'une seule année, le disque enregistre un recor d de vente le propulsant au rang de Disque d'or dès septembre 1992.

Le mois suivant, les Spin Doctors étaient conviés sur le plateau de la célèbre émission Saturday Night Live. Ce qui a fait monter en flèche la popularité de ses quatre membres. Dépassant très vite le cap du million de disques écoulés, l'album n'a aucun mal à se faire une place dans le classement des dix meilleurs, distingués par le Billboard.


Spin Doctors, des stars très brillantes

Le premier album porte-bonheur des Spin Doctors fera encore couler beaucoup d'encre durant l'année qui suit sa consécration. Le sty le de ce groupe, qui n'est pas sans rappeler une vague de Curtis Mayfield n'est pas étranger au carton qu'il a fait.

Aaron Comess et les autres musiciens du groupe partagent la fierté de voir « Two princes » devenir chanson de l'année 1993, pendant que l'opus lui-même s'approche de plus en plus des sommets du classement du Billboard. Il accédera aisément parmi les cinq têtes d'affiche de la catégorie Meilleur album pop.

Pendant ce temps, le commerce se porte fort bien pour les quatre New-Yorkais, 10 millions d'exemplaires ont été écoulés en tout, dont la moitié rien qu'aux États-Unis. Ce qui n'arrête pas ces artistes hors pair. Au contraire, ils s'activent de plus belle pour préparer leur second opus qui ne tarde pas à être au point.

« Turn it up side down » sort au mois de juin 1994. La tournée de promotion draine des foules monstres à chaque représentation. L'ambiance est frénétique quand le groupe se produit à Woodstock.


« Nice talking to me » : l'album du défi

La bande-son du film « Philadelphia » rendra hommage aux Spin Doctors qui se voient partager la vedette avec d'autres grands noms, tels Peter Gabriel ou Maria Callas. Leur reprise étonnante de « Have you ever seen the rain » figurera sur l'album sonore de ce grand classique du cinéma.

Les quatre musiciens ne réfrènent pas pour autant leur enthousiasme à faire plus et toujours mieux, alignant d'autres albums tels « Here comes the bride » en 1999. L'année ne réserve cependant pas que du bonheur au groupe.

Alors que Eric Schenkman a cédé à l'appel d'autres sirènes cinq ans plus tôt, le lead du groupe doit aussi quitter la barque, ses cordes vocales le trahissant en plein enregistrement de l'album en cours. Le public y voit déjà la fin de la légende.

La compilation rétro qui sort en 2000, « Just go ahead now », semble tout à fait à l'image des chemins différents que les membres restants ont engagé, chacun de leur côté. Mais défiant les facéties du destin, les Spin Doctors reviennent en 2005, plus frais que jamais.

Ruff Nation/Universal livre « Nice talking to me » au mois de septembre et le public re-découvre un condensé de talents que les épreuves ont tout juste réussi à mûrir.