Biographie The Rolling Stones

Né(e) le 30 novembre 1960 (56 ans)

Sa biographie

Bien qu'ayant fréquentés la même école, Michael Philip Jagger et Keith Richards , tous deux nés en 1943, se perdent rapidement de vue. Il faut attendre des retrouvailles impromptues pour que leur Passion commune pour la musique les réunissent de nouveau.

Associés à Brian Jones , Mick Avory et Dick Taylor, ils choisissent leur nom de scène : les Rolling Stones, inspiré du titre de Muddy Waters , « Rollin' Stone Blues ».


Les débuts

Le groupe donne son premier concert officiel en 1962 à Londres au Marquee Club.
Rapidement, Mick Avory et Dick Taylor quittent la formation et sont remplacés par Charlie Watts et Bill Wyman.

Ensemble, ils vont faire « leurs armes » dans les clubs londoniens avant d'enregistrer leur premier 45 tours, une reprise de Chuck Berry , « Come on », qui en dit long sur l'orientation musicale qu'entend prendre le groupe.

Fort de leur présence scénique et de leur image sulfureuse, les Rolling Stones gagnent en notoriété, en Angleterre naturellement (ils apparaissent en opposition totale avec de sages Beatles), mais également aux Etats-Unis, qui réservent le meilleur accueil à leurs reprises de standards américains.

Le groupe s'offre même le luxe d'assurer les premières parties de James Brown ou encore de John Lee Hooker.


« Satisfaction »

Le premier vrai succès de la formation arrive en 1965 avec « Satisfaction ».
Dès lors, les Rolling Stones deviennent le groupe de rock de référence.

Les hits s'enchaînent : « Beggar's banquet » (qui ne sort qu'en 1968 du fait de l'arrestation de Michael Philip Jagger et de Keith Richards pour possession et usage de stupéfiants), « Jumpin' Jack Flash » ou encore le légendaire « Sympathy for the devil », inspiré de Charles Baudelaire.

En 1969, les Stones prennent un nouveau tournant avec le départ de Brian Jones. Officiellement il souhaite privilégier sa carrière solo, officieusement il entretient une sérieuse dépendance avec les drogues. C'est Mick Taylor qui est choisi pour le remplacer.

Habitués à la rubrique faits divers pour leurs frasques, les Stones entendent maintenant ne plus marquer de leur empreinte que pour leurs talents musicaux.

Après « Honky Tonk Women », « Gimme Shelter » et « Midnight rambler », qui marquent le temps des désillusions, le groupe crée son propre label, Rolling Stones Records (avec la fameuse grosse bouche qui tire la langue).

Alors que les Beatles annoncent leur séparation en 1970, un an plus tard sort « Sticky fingers », considéré comme l'un des meilleurs albums des Stones. La pochette, sur laquelle on distingue le haut d'un jean avec une fermeture éclair, est réalisée par Andy Warhol.


« Angie »

En 1973, c'est le plus énorme succès de leur carrière, « Angie », une ballade écrite pour Angela Bowie. Un an plus tard, « It's only rock and roll » devient le premier disque artistiquement auto réalisé par Michael Philip Jagger et Keith Richards.

Avec le succès de « Start me up », les concerts internationaux s'enchaînent, toujours plus grandioses, toujours plus gigantesques.

Parmi les représentations les plus marquantes, leur passage à Wembley en 1982. Mick Taylor ne fait alors plus partie du groupe ; il est remplacé par Ron Wood en 1978.

Adulés pour leur musique ou conspués pour leurs égarements, la formation devient une légende qui déclenche l'hystérie à chacune de ses sorties, comme lors de la tournée qui décou le de l'album « Voodoo Lounge » en 1994. Trois ans auparavant, le bassiste américain, Daryll Jones, a remplacé Bill Wyman.


La tournée la plus rentable


En 2002, après un règne de quatre décennies sur le rock, lesRolling Stones sortent « Forty licks » qui rassemble quelques uns de leurs tubes planétaires et témoigne des évolutions du groupe.
La tournée qui suit est la plus rentable de tous les temps.

En 2005, c'est la sortie de « Bigger Bang ».« Streets of love » ou encore « Dangerous beauty » sont quelques uns des extraits repris lors de leur tournée européenne en 2006 au cours de laquelle ils se produisent au Stade de France.

Face au succès phénoménal rencontré lors cette ces spectacles, le groupe rempile l'année suivante. Les Rolling Stones remplissent une fois de plus le Stade de France en juin.

En 2008, les Rolling Stones font leur cinéma à la faveur de Martin Scorcese qui immortalise l'un de leurs concerts tirés de la tournée « A Bigger Band » dans le film-documentaire : « Shine a light », qui sort en avril.


De retour pour leurs 50 ans de carrière

Après cinq ans d’absence, les Rolling Stones reviennent sur le devant de la scène à l’occasion des cinquante ans du groupe.

Un documentaire, « Crossfire Hurricane », réalisé par Brett Morgan, retrace le parcours de Mick Jagger , Keith Richards, Charlie Watts, Ronnie Wood, avec des interventions de Bill Wyman et Mick Taylor. De rares interviews de Brian Jones sont également dévoilées.

Suite à la diffusion de ce documentaire événement dans plusieurs cinémas du monde entier, les Rolling Stones sortent en parallèle un nouveau greatest hits, « GRRR! ». Ce nouvel opus contient deux titres inédits, « Doom and Gloom » et « One More Shot », enregistrés à Paris.


Des concerts événements

Les quatre britanniques annoncent alors plusieurs concerts : deux à Londres, les 25 et 29 novembre, et deux à New York, les 8 et 13 décembre.

Pour lancer ces concerts, les Rolling Stones se produisent deux soirs à Paris devant une poignée de privilégiés. Ils se sont produits au Trabendo le 25 octobre 2012 devant 700 personnes, puis au Théâtre Mogador le 29 octobre 2012.


Une nouvelle tournée !

Les Rolling Stones seront au Stade de France ce printemps ! 

Le groupe a donné rendez-vous à ses fans français le 13 juin prochain. Une date exceptionnelle à plus d’un titre. Effectivement, il s’agira du premier passage au Stade de France du légendaire groupe depuis 7 ans.





Ses photos