Biographie The Scorpions

Né(e) le 30 novembre 1968 (48 ans)

Sa biographie

Le groupe démarche nombre de maisons de disques avant de parvenir à enregistrer un premier album, trois ans plus tard quand même. Ce sera "Lonesome Crow". Si le disque ne rencontre pas le succès escompté dans leur pays d'origine, il est en revanche largement plébiscité en Grande-Bretagne.

Ce succès naissant ne semble pas contenter Michael Schenker qui décide de quitter Scorpions pour le groupe anglais UFO en 1973 (il réintègre la formation cinq ans plus tard).

Son frère, Rudolf Schenker, décide alors de fusionner avec un autre groupe, Dawn Road. C'est le leader du groupe, Uli Roth, qui prend les rênes.

Dès lors, les albums s'enchaînent, notamment "In trance" en 1975. Le succès se fait International également. Au Japon en particulier où ils produisent un double album live, "T Kyo Tapes".

Dans le même temps, Jürgen Rosenthal est remplacé par un autre bassiste, Herman Rarebell qui effectue ses débuts sur le quatrième album, "Virgin killer", en 1976

"Still Loving You"... entrée dans une nouvelle ère

Au dé but de s années 80, ça en est terminé de Scorpions, du moins c'est ce qui se murmure dans les milieux autorisés. Klaus Meine subit une opération importante des cordes vocales. Mais c'est sans compter sur la détermination et la volonté du chanteur qui ne tarde pas à rejoindre son groupe en studio.

En 1984, premier véritable succès planétAIRe à la faveur du slow metal, "Still Loving You", qui est la plus grosse vente de l'année.

Profitant de cet engouement, la formation s'offre une tournée mondiale, notamment à Leningrad, au coeur du bloc soviétique. A Berlin le bassiste et auteur-compositeur des Pink Flyod, Roger Waters , s'associe aux membres du groupe le temps d'une reprise, cel le de l'emblématique "The Wall".
Signe des temps, Scorpions sort "Wind of change" en 1990 qui atteint la deuxième place dans les classements américains. Ecrit par Klaus Meine, le titre, qui s'inspire de la fin de la guerre froide, vaut au groupe une invitation au Kremlin de Mikhaïl Gorbatchev.

Au milieu des années 90, Scorpions choisit un nouveau producteur, Bruce FAIRbAIRn, déjà producteur d'Aerosmith et de Bon Jovi . Dès lors les albums vont devenir plus expérimentaux.

En 2000, Scorpions revient, une fois encore, là où on ne l'attend pas... Avec "Moment of glory", un album symphonique puis avec une compilation en acoustique, trois ans plus tard.

En 2007, c'est la renaissance avec "Humanity-hour 1". Un disque, prélude à une tournée européenne au cours de la laquelle la formation sillonne la France. Le groupe se produit notamment à la fin novembre à Bordeaux, Toulouse ou encore Clermont-Ferrand.

L'hexagone où Scorpions revient en octobre 2008 pour se produire à Strasbourg, que le groupe retrouve le 22 mai 2010 dans le cadre de sa nouvelle tournée qui fait suite à la sortie, en mars, de leur album : Sting in the tail".
Scorpions est également à Paris sur la scène de l'Olympia le 19 mai 2010.