Zazie explore la "Cyclo"... thymie

Zazie publie ce lundi "Cyclo", un huitième album électro, "organique et "viscéral".

La jalousie, le temps qui passe et la course effrénée au bonheur avec une âpreté à l'opposé de son image solaire, ce sont quelques-uns des thèmes abordés par Zazie qui dévoile aujourd’hui, lundi 18 mars, son nouvel opus.  

"On fait un métier qui est extrêmement exposé, on est dans la lumière et moi j'ai toujours eu beaucoup de mal avec ça", confie la chanteuse à l'AFP.

"Je dois avoir un côté exhibitionniste aussi parce que j'aime la scène, mais ça ne me définit pas. C'est comme les UV, j'ai un quota : quand c'est trop fort, que ça brûle, je trouve plus de chaleur dans la pénombre, dans le repos, dans cette authenticité", dit-elle.


Natur.. elle

Après la tournée du conceptuel "Za7ie", paru en 2010 et où elle déclinait les sept jours de la semaine en sept mini-disques de sept chansons, Zazie dit avoir voulu "quelque chose qui soit organique, de l'ordre de l'intime et un peu viscéral".
Avec Olivier Coursier, du groupe AaRON, cette grande fan de Radiohead et Thom Yorke a habillé le disque de pulsations électro, "physiquement palpables, proches de bruits du coeur".
"Cyclo"

Pour la voix, souvent au bord de la rupture, la chanteuse a aussi cherché à "être dans l'organique, le vrai".
"On est dans un monde où tout est un peu en plastique : on retouche les photos, la voix, on fait chanter plus juste. Là, il ne fallait pas que ce soit la technique qui fasse le travail, il fallait que ce soit moi", raconte-t-elle.

Parallèlement, Zazie a délaissé les jeux de mots qui sont devenus sa marque de fabrique au profit d'une écriture plus "proche de la sensation", faisant "des efforts pour trouver le mot juste plutôt que le bon mot".

"Ce n'est pas difficile de parler de soi à partir du moment où on a l'excuse un peu magique de la poésie de la musique. Mais tout n'est pas forcément vécu par moi, sinon je pense que je serais fortement dépressive, ce qui n'est pas le cas!", sourit-elle.
Car entre l'exploration d'une intimité pas toujours reluisante et d'un monde qui perd pied, l'humeur de "Cyclo" est souvent sombre.


Inspiration sociétale

La chanson qui donne son titre à l'album fait ainsi référence à une société cyclothymique, qui balance constamment entre enthousiasme forcené et dépression profonde.

"J'aime bien me poser des questions. Plus le temps passe et moins les réponses me satisfont. Mais le fait d'avoir déjà l'honnêteté de me poser la bonne question, ça me fait du bien", explique Zazie.

"J'ai besoin de cette extrême réalité des choses, parfois un peu âpre, un peu hostile, de parler de sujets qui fâchent un peu aussi, peut-être pour les apprivoiser", dit-elle.

Le thème de l'âge, des plaisirs dont la bienséance voudrait qu'ils soient désormais interdits et des temps "pluvieux" qui s'annoncent, est un des sujets récurrents de l'album.

"Ça ne me plaît pas forcément de vieillir, mais j'ai la chance d'avoir développé autre chose dans ma vie qu'une image glacée dans un magazine, ce qui me permet de l'appréhender avec un peu de moquerie par rapport à moi-même", explique la chanteuse de 48 ans.

"Je préfère envisager la question du temps qui passe que de me la poser au bord du gouffre, du précipice. Je pense qu'on a plusieurs vies, moi j'attends aussi la vie d'après", dit-elle.

Avec Relaxnews

Zazie - Les dernières actus