Combattre son addiction au sucre en 3 conseils

Considéré comme une drogue, le sucre fait l’objet de nombreuses envies incontrôlables. Si certains sucres contribuent au bon fonctionnement de l’organisme, d’autres agissent comme un véritable poison. Comment y remédier ? Voici quelques conseils !

Addiction au sucre © Fitnext.com
Comprenez l’origine de votre addiction 

Pour parvenir à se défaire de cette addiction qui vous ronge, il est essentiel de comprendre sa provenance. Dans la majorité des cas, certaines personnes ont tendance à abuser du sucre pour répondre à une émotion : anxiété, tristesse, dépression, fatigue, stress. Ces dernières ne mangent pas par faim, mais pour apaiser leurs émotions ou sensations négatives. Si vous êtes dans ce cas, tentez de prendre conscience que vos minutes de plaisir sucrée vous plongeront dans un véritable cercle vicieux. À force de combler vos émotions de la sorte, vous allez vous y habituer. Au fil du temps, vous risquerez non seulement de vous sentir frustré, mais en plus, de prendre du poids. Souvent, ce phénomène s’accompagne par une chute de confiance en soi, une frustration, ou un sentiment de culpabilité. Il est donc nécessaire d’effectuer un travail intérieur. Si vous êtes en paix avec vous-même, vous n’aurez plus rien « à combler » à travers le mauvais sucre.

L’envie de manger sucré peut également se manifester chez les femmes qui subissent le syndrome prémenstruel avec plusieurs symptômes : insomnie, ballonnement, fatigue, irritabilité et fringales. Ces dernières possèdent bien souvent un appétit accru quand viennent leurs menstruations. Elles peuvent ressentir le « besoin » de manger à tout-va (notamment des sucreries), ce qui risque de provoquer une prise de poids. Pour ne pas céder aux tentations alimentaires, optez pour deux collations saines par jour (thé vert + une poignée d’oléagineux ou fruit frais) afin d’éviter les « crises de faims » dans la journée. Restez bien hydratée tout au long de la journée afin de vous sentir rassasiée plus rapidement. Cela vous permettra de réduire vos ballonnements par la même occasion. 

Vous le savez probablement déjà : le sucre est comparable à une drogue. D’ailleurs, des scientifiques ont découvert que le sucre raffiné crée une dépendance plus forte que la cocaïne. Dans cette étude, 94 % des rats ont préféré s'alimenter d'eau sucrée que de cocaïne ! Gardez en tête que chaque fois que vous en mangez, vous produisez de la dopamine : l’hormone du plaisir. En conséquence, vous n’avez qu’une envie : consommer du sucre à nouveau. À ce phénomène s’en ajoute un autre, qui amplifie l’addiction au sucre : l’hypoglycémie réactionnelle. Quand vous consommez une barre de céréales, une sucrerie, des céréales au petit-déjeuner ou d’autres aliments riches en glucose, votre taux de sucre dans le sang bondit. En conséquence, face à cette glycémie élevée, le cerveau prend « peur ». Il ordonne donc au pancréas de sécréter de l’insuline. L’hormone fait drastiquement chuter votre glycémie, en-dessous de son seuil normal. Vous vous retrouvez maintenant en dette de sucre ! Ce phénomène explique en partie vos éventuels coups de mou, et votre constante envie de sucre. Le sucre appelle le sucre : c’est un véritable cercle vicieux ! 


Informez-vous

a) Saviez-vous qu’en moyenne, un français consomme 35 kg de sucre par an, contre moins de 5 kg le siècle dernier ? Ce phénomène s’explique par le taux de sucre que l’industrie agro-alimentaire cache dans notre alimentation quotidienne. Vous serez surpris de savoir dans quels aliments (même salés) cette poudre blanche est dissimulée : ketchup, moutarde, saucisse, saucissons, charcuterie, tranches de jambon, panure, plats industriels, apéritifs, petits-salés, pain, jus de fruit, bière, alcool, pâtisseries, sodas, etc. Nous consommons donc du sucre sans parfois même nous en rendre compte ! S’informer reste donc le meilleur moyen d’éviter les mauvaises surprises (articles, reportages, ouvrages, etc). 

b) Apprendre à décoder les étiquettes alimentaires est également important. Naïvement, nous pensons parfois faire un bon choix en optant pour certains produits allégés ou lights. Encore faut-il comprendre ce que les industriels entendent par « allégés, lights ». Certains yaourts dits « lights » sont plus caloriques que les autres. Ils ont été allégés en matière grasse, mais, pour reproduire la texture et le goût du non-allégé, le taux de sucre est supérieur aux yaourts traditionnels ! On observe le même phénomène pour certaines céréales du petit déjeuner, et bien d’autres aliments. Afin d’éviter de tomber dans le panneau, lisez avec attention la liste d’ingrédients des aliments que vous choisissez. Prenez garde si le sucre fait partie des trois premiers ingrédients d’un aliment. Parfois, la terme « sucre » n’apparaît pas clairement sur les étiquettes. Les industriels utilisent des termes trompeurs tels que : glucose, fructose, dextrose, maltose, sirop de maïs, jus de canne, dextrine, sirop de malt…

c) En réalisant à quel point les industriels se servent de ce faux-ami santé pour éveiller vos papilles gustatives (et pour vous pousser à l’achat, au détriment de votre santé), vous aurez probablement envie de diminuer votre consommation de sucre. De nombreuses études ont prouvé que le sucre favorisait le développement de nombreuses autres maladies, en plus de l’obésité et du diabète. En augmentant le taux de triglycérides et de cholestérol, le sucre est à l’origine de multiples maladies cardiovasculaires et de certains cancers (côlon, estomac, pancréas, utérus et sein). 

Réduisez progressivement votre consommation de sucre

a) Stopper complètement votre consommation de sucre pourrait vite vous décourager et vous frustrer. C’est en ce sens que la notion de « progressivité » est importante. Premièrement, il s’agit de diminuer les quantités de tel ou tel produit, puis, pas à pas, de le supprimer. Remplacez le sucre raffiné par du sucre naturel : les fruits, la stevia, le sirop d’agave, le miel (de préférence bio). Cette phase est souvent désagréable, mais très bénéfique pour votre santé. 

b) Vous pouvez également essayer de vous passer de sucre durant une semaine entière, histoire de vous faire perdre le goût sucré. Sachez que nos papilles gustatives ont une « mémoire » ! Mais bonne nouvelle, celle-ci est plutôt courte. En remangeant un produit sucré après ces 7 jours de détox, vous serez surpris(e) de vous rendre compte à quel point ce dernier vous paraîtra encore plus sucré que d’habitude ! Ainsi, il y a de grandes chances que vous vous débarrassiez de certaines habitudes, comme celle de sucrer votre café par exemple. 

c) Pour les plus déterminé(e)s d’entre-vous, pourquoi ne pas tester la monodiète ? Manger un seul aliment pendant 3 jours (pommes, riz complet, carottes…) va nettoyer votre système digestif de toutes les toxines engrangées jusqu’ici, causées par les additifs alimentaires. Durant ces 3 jours, vous pourrez ressentir les symptômes d'un sevrage : maux de tête, nausées, courbatures, etc. C’est pourquoi il est conseillé de la réaliser durant des jours où vous savez que vous pouvez rester au calme. Pendant cette cure, les cellules de votre flore intestinale vont se renouveler, et votre corps va dire adieu aux molécules qui l’empêchaient de fonctionner correctement. Débarrassé de ces polluants, votre corps va retrouver une belle énergie et vos intestins pourront à nouveau assimiler les bons nutriments contenus dans ce que vous mangez.

Vous souhaitez vous remettre en forme, perdre du poids durablement ou retrouver un mode de vie plus sain ? La méthode Fitnext est faite pour vous !
Retrouvez la méthode Fitnext sur www.fitnext.com

Chérie - Les dernières actus