Britney Spears : Ces chansons d'autres artistes qu'elle aurait dû chanter

Le - Par .

Les occasions ratées font partie de la carrière de tous les artistes, et si celle de Britney Spears ne manque pas de tubes, elle aurait pu aussi en contenir plusieurs autres.

"Umbrella" de Rihanna

Difficile d'imaginer aujourd'hui les "ella, ella, ella, eh" de la chanteuse barbadienne chantés par quelqu'un d'autre, pourtant "Umbrella" n'aurait jamais dû à l'origine devenir l'un de ses plus grands tubes. Et pour cause : la chanson n'avait pas été composée du tout pour elle à l'origine. C'était en effet à Britney Spears qu'était destiné ce tube en puissance composé en 2007 par Christopher Stewart. Stewart n'est pas un inconnu à l'époque pour la chanteuse, puisqu'il avait signé pour elle quatre ans plus tôt son fameux duo avec Madonna, "Me Against the Music". À l'époque, Britney Spears, empêtrée depuis des années dans des frasques médiatiques et des scandales à répétition, prépare l'album de son come-back, "Blackout", et a besoin de tubes pour se relancer. Tout est réuni pour que la collaboration se fasse, mais le clan de la chanteuse refuse, estimant avoir déjà assez de matériau à disposition pour faire appel à Stewart. Ce dernier connaîtra un deuxième refus par la suite, celui de Mary J. Blige, avant que la chanson n'atterrisse finalement dans les bras de Rihanna, avec le succès que l'on connaît par la suite, mais aussi son lot d'histoires étranges.

"Telephone" de Lady Gaga et Beyoncé

Parmi les autres refus pas forcément parmi les plus inspirés de chanteuse, on retrouve un duo entre deux pop-stars qui ont régné comme peu d'autres sur la décennie 2010 : Lady Gaga et Beyoncé. En effet, c'est au départ à Britney que la première pense au moment de lui proposer ce titre, sur lequel il n'est même pas prévu qu'elle chante en premier lieu. Il aurait ainsi dû apparaître sur "Circus", le sixième album de Britney. Cette fois encore, le clan Spears refuse le titre. Lady Gaga décide alors de garder le titre pour elle, et d'en faire un duo. Beyoncé, elle, se fait un plaisir d'accepter.

"Hey Ma" de Pitbull et Camila Cabello

Dans la foulée du triomphe mondial du septième volet de la saga "Fast and Furious", marqué par la disparition tragique de Paul Walker, la production d'un huitième épisode est mise en route, pour la franchise qui s'est élevée parmi les plus lucratives du cinéma hollywoodien. Présent sur la bande-son de quasiment chaque opus de la saga, Pitbull est à nouveau sollicité pour signer un des morceaux de la bande originale de ce qui s'annonce déjà comme un futur carton au box-office. Il compose à ce moment "Hey Ma", qu'il propose à Britney Spears pour un trio avec le chanteur Romeo Santos. Une version est enregistrée en studio, mais Pitbull n'est pas satisfait du résultat. Avec l'accord des deux chanteurs, il décide de les remplacer par le chanteur de reggaeton colombien J. Balvin et par Camila Cabello, qui vient à peine de quitte son groupe Fifth Harmony. Si le titre sera bien utile pour lancer la carrière solo de la jeune femme, nul doute que Britney Spears n'aurait pas dépareillé dans l'univers "Fast & Furious". Pour les plus curieux, sa version démo de "Hey Ma" a fuité en 2017, et est trouvable facilement sur YouTube.

"I Have Nothing", reprise de Whitney Houston

Whitney Houston était l'une des idoles de la jeune Britney Spears, au point que cette dernière accepta d'animer avec l'actrice Halle Berry une émission télé hommage après la mort de Whitney en 2012. L'hommage aurait cependant pu également avoir lieu du vivant de la star, et ce dès les débuts de son admiratrice. L'histoire était pendant longtemps une des anecdotes dont raffolent ses fans, rapportée dans un portrait du magazine Billboard en 1998 : c'est en chantant "I Have Nothing", dont Whitney Houston avait fait un hit planétaire en 1992 grâce au film "Bodyguard", que Britney Spears avait décroché son premier contrat en 1997. Il fut même question un temps qu'une reprise du morceau apparaisse sur l'album "Baby One More Time", idée finalement abandonnée. En 2018, un extrait d'une minute trente (de très mauvaise qualité) de ladite reprise refait surface sur Internet, prouvant bel et bien l'existence du projet.