"Face à la mer" : retour sur l'inoubliable rencontre de Calogero et Passi

Le - Par .

Leur duo a marqué l'année musicale 2004 dont elle fut l'un des plus grands tubes. "Face à la mer", ce fut la rencontre réussie de deux univers au service d'un message commun de tolérance.

Calogero et Passi : deux univers très différents

Sur le papier, pas grand-chose ne semblait disposer Calogero et Passi à enregistrer un morceau ensemble, et encore moins à ce que ledit morceau devienne l'un des plus grands tubes de l'année musicale 2004. Il faut dire que ses deux artistes cultivent des univers très différents l'un de l'autre. Né à Échirolles à côté de Grenoble, Calogero a grandi loin de Paris et de la région parisienne. Si à ses débuts, avec le groupe qu'il forme avec son frère Gioacchino, Charts, il semble lorgner vers la pop music, il s'imposera finalement au début des années 2000 comme l'un des nouveaux grands noms de la chanson française de variété, notamment avec le succès de son deuxième album solo et du single "En apesanteur". Passi, quant à lui, a grandi à Sarcelles dans le Val-d'Oise en compagnie de son ami d'enfance Stomy Bugsy, avec lequel il fonde le collectif ministère A.M.E.R en 1988, qui participera à l'explosion de la vague rap en France. Inspiré par le gangsta rap américain, le groupe fait scandale par ses textes hardcores et ses provocations envers les policiers avec des morceaux comme "Sacrifice de poulet" ou "Brigitte femme de flic". Il se lance en solo en 1994 et devient dans la deuxième moitié de la décennie l'un des plus gros vendeurs du rap français grâce au carton de "Je zappe et je mate". Si le rappeur sulfureux des débuts s'est un peu assagi depuis, il reste au début des années 2000 néanmoins loin des chansons tout public de Calogero.

Un message de tolérance

C'est cependant un but commun qui va réunir les deux artistes en 2004, pour "Face à la mer", que Calogero co-compose comme beaucoup de ses tubes avec son frère Gioacchino. Le titre est en effet une évocation de l'intégration et des aspirations des immigrés venant s'installer en France. Le sujet touche en effet personnellement les deux hommes : pour Calogero, il s'agit là d'un clin d'œil à ses deux parents d'origine sicilienne, venus s'installer en France avant la naissance de leurs enfants. Pour Passi, les paroles de la chanson renvoient aussi bien à sa naissance à Brazzaville en République Démocratique du Congo (ou plutôt du "C-O-N-G-O" comme il le chante) qu'à sa jeunesse dans cette ville de Sarcelles souvent qualifiée de l'extérieur comme une "banlieue chaude". Comme l'évoquait Passi dans une interview au Parisien en 2013, c'est ce dialogue entre deux générations d'immigrés qui est à l'origine de la chanson : "Calogero était un immigré italien vivant dans la banlieue de Grenoble et a réussi à imposer sa musique, tout comme nous, Africains, venus de Sarcelles.".

Un clip les pieds dans l'eau

Pour réaliser le clip de "Face à la mer", Calogero et Passi décident de mélanger les deux univers qui baignent la chanson : celui bien évidemment de la mer, symbole de liberté et de tous les possibles, et celui de la cité, avec son lot de stéréotypes et l'impression qu'ont ceux qui l'habitent de s'en sentir parfois prisonniers. Pour cela, ils partent filmer à Boulogne-sur-Mer dans le Nord-Pas-de-Calais, en bord de Manche, qui alterne avec les immeubles du quartier Damrémont, une des zones sensibles de la ville. Mettant en scène plusieurs jeunes censés représenter la diversité des quartiers populaires, la vidéo s'achève sur l'arrivée de la plage et de la mer dans le décor urbain, particulièrement les arrêts de bus, ouvrant un nouvel horizon pour les jeunes gens du clip. De leur côté, les deux artistes et leurs musiciens apparaissent en studio dialoguant en permanence à chacun de leurs couplets.

Un triomphe commercial impressionnant

Lorsque "Face à la mer" sort en tant que single en juin 2004, le succès de "Calog3ro", le troisième album solo du chanteur, est déjà en très bonne voie. Le premier single qui accompagne la sortie de l'album, "Yalla", une ode au combat pour l'égalité et contre la pauvreté de la très populaire religieuse Sœur Emmanuelle, est déjà un grand succès. "Face à la mer" ne fera qu'accélérer cette dynamique du succès de manière exponentielle. Le titre est un carton immédiat à sa sortie auprès des stations de radio, qui en font rapidement l'un des tubes de l'été. Le single atteint la troisième place du classement des meilleures ventes de single cet été-là, concurrençant notamment l'inénarrable "Dragostea din Tei" du boys band moldave O-Zone ou encore "Femme like You" de K-Maro. "Face à la mer" s'écoule au final à plus de 370.000 exemplaires et rafle plusieurs récompenses dans les cérémonies de fin d'année. Mais plus encore, le titre, qui connaît aussi un beau succès en Belgique et en Suisse, sera une locomotive puissante pour propulser l'album "Calog3ro" vers les sommets, plus précisément une certification de diamant avec plus d'un million et demi de disques vendus. Les deux hommes reprendront également ensemble le titre à plusieurs reprises sur scène, notamment lors du Live 8 de 2005 organisé au Palais de Versailles.

Redécouvrez "Face à la mer" de Calogero et Passi :

Lire aussi