Paroles Berceuse pour une shootée

Le - Par .

Tu l'as dans ta veine, tu le sais, y'a le sommeil qui va descendre
Et puis sous le soleil qui naît, nous ne pourrons plus nous comprendre
Je ne peux plus rien te donner et tu ne peux plus rien me prendre
Monsieur Dealer, je te connais, j'ai bien envie de te descendre

Petite sœur aux poignets fragiles, petite voix cassée, absente
Deux grands yeux fixés sur l'exil, petite fleur légère, cassante

Dans cette chambre un peu baroque, un peu sordide et un peu sale
Entre les Indes et le Maroc, dans ce clair obscur de vestale
Tu restes là, me regardant, les mains tremblantes sous la toile
J'ai vu la mort à dix-sept ans, sous cette lumière verticale

Il y avait un goût amer, dans cette pièce froide et close
Pas de jetée et pas de mer, pas d'aurore tirant vers le rose

Le dealer finira tranquille loin des hôpitaux, des cliniques
Protégé par les imbéciles, par le système et par les flics
Dans un décor très décadent avec ton fric, avec ta peine
Avec ta mort, avec ton sang, ta solitude, avec tes veines

Petite soeur aux poignets fragiles, petite voix cassée, absente
Deux grands yeux fixés sur l'exil, ce matin-là dans l'ambulance.