Le -
modifié le -

Paroles "La marcheuse" - Christine and The Queens

J’vais marcher très longtemps
Et je m’en vais trouver les poings qui redessinent
J’vais chercher éhontément
Les coups portés sur moi, la violence facile

J’vais marcher tout le temps
Et je m’en vais forcer les regards agressifs
J’vais toujours au-devant
Il me tarde de trouver la violence facile, c'est

Noël en mai, j’ai rien bu
Bas de l’immeuble, t'as rien vu
Quand moi j’avance furieuse
Toute débaguée, les lèvres blêmes

Attire à moi les oiseaux
Le sang séché sur ma peau
Les gens sourient de peur que ma maladie de boxeur se prête

J’vais marcher très longtemps
Et je m’en vais trouver les poings qui redessinent
J’vais chercher éhontément
Les coups portés sur moi, la violence facile

J’vais marcher tout le temps
Et je m’en vais forcer les regards agressifs
J’vais toujours au-devant
Il me tarde de trouver la violence facile, c'est

Les idées claires que j’attends
Une mauve émerge sur la tempe
La solitude, c’est parfait
Quand ça tape il n’y a personne qui pleure

Fièvre au matin, nouvel air
J’m’en suis fait, je vais m’en défaire
Ah, la blessure c’est plus rien
J’ai connu pire, j’ai connu la honte

J’vais marcher très longtemps
Et je m’en vais trouver les poings qui redessinent
J’vais chercher éhontément
Les coups portés sur moi, la violence facile

J’vais marcher tout le temps
Et je m’en vais forcer les regards agressifs
J’vais toujours au-devant
Il me tarde de trouver la violence facile, c'est un

(Au-devant) (me tarde de trouver la violence facile) (c'est un)
(Au-devant) (me tarde de trouver la violence facile) (c'est un)
(Au-devant) (me tarde de trouver la violence facile)
(Au-devant) (me tarde de trouver la violence facile)

Lyrics © Kobalt Music Publishing Ltd.

Heloise Letissier