Le -
modifié le -

Paroles "L'attrape-rêves" - Christophe Maé

Toi l’attrape-rêves, tu le sais bien ouais
Comme l’on vit on rêve
Et comme l’on rêve on devient!

Toi qui, veille sur nos nuits
Je te dis merci, petit morceau de lune
Oui toi, qui garde bien en vie
Tous nos secrets, nos rêves dans tes plumes

Toi qui, veille sur mes nuits
Protège bien mes têtes blondes
Protège un peu les brunes aussi
On le sait bien, y’aura de la place pour tout le monde

Les mauvais rêves que tu emprisonnes ne feront plus de mal à personne
Balance-toi oui, balance-toi au-dessus de nos nuits
Des grands, comme des tout petits bonhommes

Toi qui traques les rêves
Oui toi qui le sait bien
Comme l’on vit on rêve
Comme l’on rêve on devient

Toi qui traques les rêves
Oui toi qui le sait bien
Comme l’on vit on rêve
Comme l’on rêve on devient

Toi qui, ami du vent
Vas-y fait danser les plaintes lointaines
Oui toi, qui des nuits de l’enfant
Nous fait toujours le petit jour sans haine

Toi qui veille sur les vies
Des autres et de tout ceux qu’on aime

Tu n’oublies pas oui pense aussi
A tout ces braves gens à jamais à la traîne

Les mauvais rêves que tu emprisonnes ne feront plus de mal à personne
Balance-toi, oui balance-toi au dessus de nos nuits
Des grands comme des tout petits bonhommes

Toi qui traques les rêves
Oui toi qui le sait bien
Comme l’on vit on rêve
Comme l’on rêve on devient

Toi qui traques les rêves
Oui toi qui le sait bien
Comme l’on vit on rêve
Comme l’on rêve on devient

Rêve de l’indien qui danse sous la pluie
A mon indienne qui aimait trop la vie
Cadence-les, oui balance-les
Les beaux rêves cachés de ceux qui n’ont pas osés

Rêve de l’indien qui danse sous la pluie
A mon indienne qui aimait trop la vie
Cadence-les, oui balance-les
Les beaux rêves cachés de ceux qui n’ont pas osés

Toi qui traques les rêves
Oui toi qui le sait bien
Comme l’on vit on rêve
Comme l’on rêve on devient

Toi qui traques les rêves
Oui toi qui le sait bien
Comme l’on vit on rêve
Comme l’on rêve on devient

Lyrics © WARNER/CHAPPELL MUSIC LTD

CHRISTOPHE MARTICHON, FELIPE SALDIVIA, GERARD BERGMAN