Le -
modifié le -

"Je ne suis pas un héros" : les secrets du tube qui lia Daniel Balavoine et Johnny Hallyday

Quand les deux rockstars se rencontrent en 1980, c'est ce morceau qui liera leur destin sous le sceau de l'amitié, et les deux hommes se l'échangèrent volontiers au cours des années.

"Je ne suis pas un héros" : les secrets du tube qui lia Daniel Balavoine et Johnny Hallyday

Une chanson écrite pour Johnny...

Lorsque les routes de Johnny Hallyday et Daniel Balavoine se croisent pour la première fois en 1980, les deux hommes sont déjà au firmament de leurs carrières respectives. Pour Johnny, cela fait bien longtemps que son statut n'est plus à remettre en question puisqu'il prépare déjà l'enregistrement de son vingt-sixième album studio, "À partir de maintenant". Pour Balavoine, le succès est beaucoup plus récent : la star sort à peine du triomphe de Starmania deux ans plus tôt. Son troisième album solo est enfin celui qui lui permet de se faire un nom, à l'image de son single éponyme, "Le Chanteur", qui s'écoule à plus de 500 000 exemplaires. Le courant passe immédiatement entre les deux hommes, réunis notamment pour leur goût des grandes performances médiatiques. Daniel Balavoine propose alors à l'"Idole des jeunes" de lui écrire et composer une chanson pour son prochain album. La chanson en question n'est autre que "Je ne suis pas un héros", que Johnny enregistre en février 1980 avant que l'album ne sorte en juin de la même année.

… Qui deviendra un classique de Balavoine

L'expérience n'est cependant pas le succès auquel s'attendait Balavoine. La chanson ne devient pas un single et le chanteur s'avère un peu frustré du résultat comme il le déclare dans une interview à la revue "Salut" en février 1981 : "Johnny l'a enregistrée, mais, sans le mettre en cause, ce n'est pas devenu ce que je souhaitais. Je pensais vraiment que ce serait la chanson numéro un d'Hallyday cette année, car personne n'avait jamais fait ça avec lui avant. Ce que j'aurais aimé, c'est réaliser la chanson avec Johnny, faire les claviers". Au cours de l'enregistrement, c'est d'ailleurs Johnny lui-même qui lui soufflera l'idée de la chanter lui-même, ce que Balavoine n'avait dans un premier temps pas imaginé. L'un de ses plus grands tubes aurait pu donc ne jamais voir le jour sans le bon sens de son ami. Balavoine mène l'idée à son terme, reprend "Je ne suis pas un héros" dans un style très proche de celui de Johnny et dédie même la chanson à un certain "Jean-Philippe Smet" dans le livret de son album "Un autre monde".

Un passage de flambeau posthume

Le succès est instantané : "Je ne suis pas un héros" devient un des grands classiques de l'album (plus de 500 000 ventes dans les bacs) avec "Mon fils ma bataille", "Lipstick polychrome" et "La Vie ne m'apprend rien". Liés par le destin d'une chanson boudée par l'un, célébrée par l'autre, Johnny Hallyday et Daniel Balavoine resteront par la suite très proches, liés notamment par les Restos du cœur, une cause chère au second (qui en fut le premier parrain). Même après la mort tragique de l'interprète de "L'Aziza" sur le Paris-Dakar en janvier 1986, "Je ne suis pas un héros" continuera de lier leurs carrières. À l'occasion de son mythique concert "Dans la chaleur de Bercy" en 1990, Johnny Hallyday inscrit pour la première fois la chanson à son répertoire sur scène et l'interprète en la dédiant à son ami disparu quatre ans plus tôt.