Le -
modifié le -

Emmanuel Moire : ses 4 clips les plus marquants

Emmanuel Moire s’est fait connaître dans la comédie musicale "Le Roi Soleil". Depuis, il mène une carrière solo sous le signe du succès. Zoom sur ses 4 clips les plus marquants.

"Sans dire un mot" en 2009

Issue de l’album "L’Équilibre", la chanson "Sans dire un mot" en est le deuxième single. Dans ce clip sobre et efficace, le spectateur suit Emmanuel Moire qui déambule sur un pont en pleine nuit. Des mots lumineux s’incrustent sur son passage pour illustrer les paroles de la chanson.

"Beau malheur" en 2013

En 2013, Emmanuel Moire commercialise l’album "Le chemin". Le single "Beau malheur" s’écoule à plus de 70 000 exemplaires. En 2012, le chanteur remporte l’émission "Danse avec les stars" en compagnie de la danseuse Fauve Hautot. Il fait donc appel à elle pour participer au clip de "Beau malheur". Dans la vidéo, cette dernière réalise une chorégraphie en solo pendant qu’Emmanuel Moire est au piano. Les deux anciens partenaires se retrouvent ensuite pour une chorégraphie lascive autour d’un fauteuil sur un fond noir. Les danses de ce clip ont été supervisées par Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault.

"Ne s’aimer que la nuit" en 2013

Pour promouvoir son album "Le chemin", Emmanuel Moire mise sur le titre "Ne s’aimer que la nuit" comme second single. Une chanson plus électro que la précédente et qui peut faire penser à l’univers de son précédent album "L'Équilibre". Réalisé par Christophe Charrier, le clip de "Ne s’aimer que la nuit" est très sensuel, on y voit des couples se chercher du regard et se séduire le temps d’une nuit.

"La Promesse" en 2019

A l'aumtone 2018, Emmanuel Moire fait son grand retour avec "La Promesse", une chanson à la symbolique particulière puisque pour la première fois, l'artiste aborde son homosexualité.  En paix avec lui-même, Emmanuel Moire se fait la promesse de vivre pleinement ce qu’il est en dépit du regard des autres.  Pour le mettre en images le chanteur a dévoilé un clip  dans lequel il se livre à une chorégraphie emportée face à lui même.