Le -
modifié le -

Retour sur le scandale du Super Bowl de Justin Timberlake et Janet Jackson

"Cachez ce sein que je ne saurais voir". Un soir de février 2004, les deux popstars ont offert à l'Amérique puritaine l'un de ses plus gros scandales : le "Nipplegate".

Retour sur le scandale du Super Bowl de Justin Timberlake et Jan © ©J. Shearer / Getty Images

Une exposition planétaire

Si le "Nipplegate" a connu un tel retentissement, c'est avant tout en raison de l'ampleur de la scène sur laquelle il s'est produit. Car si le football américain reste un sport assez confidentiel dans nos contrées, sa grand-messe, elle, l'est beaucoup moins. Le Super Bowl, finale annuelle du championnat de la NFL, est un des plus grands événements télévisés de l'année outre-Atlantique, et son spectacle de mi-temps en est un des points d'orgue. Ce 1er février 2004, la chaîne CBS est regardée par pas moins de 89 millions d'Américains. Avoir le privilège d'y prendre part pour un artiste, c'est l'assurance d'entrer dans le Panthéon des superstars de la musique. Michael Jackson, Prince, James Brown, U2, Bruce Springsteen, Paul McCartney, les Rolling Stones, Britney Spears, Madonna, Lady Gaga, Beyoncé... Tous ont eu le droit à leur "adoubement". Ce soir-là, Janet Jackson et Justin Timberlake partagent l'affiche avec les rappeurs P. Diddy et Nelly et le rocker Kid Rock. La sœur du King of Pop est à l'époque en pleine promotion de son huitième album, "Damita Jo", tandis que Timberlake, lui, commence à peine sa carrière solo post-NSYNC avec le succès de son premier album "Justified".

Incident technique ou opération de com ?

À la mi-temps du Super Bowl XXXVIII, tout se passe parfaitement lorsque Janet Jackson et Justin Timberlake entament la partie de leur medley commun consacrée à "Rock Your Body", l'un des tubes de "Justified". Sauf qu'au moment où leur duo sexy doit faire monter la température, les choses dérapent. En dégrafant une partie du bustier de Janet, Timberlake dévoile par inadvertance le sein droit de sa partenaire aux yeux des 70.000 spectateurs du Reliant Stadium de Houston et des dizaines de millions de téléspectateurs à travers le monde, malgré le brusque changement de caméra opéré dans la régie de CBS. Alors que certains pensent à une provocation de la part des deux artistes, la réalité s'avère tout autre : au cours des répétitions, il semblait que le geste de Timberlake devait simplement dévoiler le soutien-gorge de Janet Jackson. Dans son communiqué d'excuses, le chanteur invoqua assez maladroitement un "dysfonctionnement de garde-robe". Le terme "wardrobe malfunction" est depuis entré dans le langage courant dans les médias américains pour évoquer ce genre d'incidents techniques.

Des conséquences différentes pour les deux artistes

Les retombées du scandale sont immédiates, et dans des proportions démesurées. Les puissants groupes catholiques de l'Amérique puritaine s'insurgent tandis que le groupe AOL, qui produit le show de la mi-temps du Super Bowl, demande des dédommagements financiers. Quelques jours plus tard, la cérémonie des Oscars instaure un différé de retransmission de cinq minutes pour pouvoir censurer en amont ce type d'incident, politique toujours en place aujourd'hui. Mais si les deux artistes se retrouvent sous le feu de la critique, les conséquences ne seront pas les mêmes. Justin Timberlake met pour quelques mois entre parenthèses sa carrière de chanteur et se tourne vers le cinéma en tournant dans "Alpha Dog", "Southland Tales" ou encore "Black Snake Moan". Il reviendra à la musique avec succès en 2006 avec "FutureSex/LoveSounds". Pour Janet Jackson, la réalité fut différente : la promotion de "Damita Jo" s'arrêta net. L'album fut expurgé de ses morceaux les plus sulfureux. Elle fut même interdite d'apparaître lors de la cérémonie des Grammy Awards quelques semaines plus tard. Tout en devenant le nom le plus recherché de l'histoire sur Internet, sa popularité souffrira pendant des années de cet incident...