Le -
modifié le

Le top 5 des meilleurs moments des concerts des Enfoirés

Depuis près de 30 ans maintenant, la bande d’artistes réunie à l’appel de Coluche sillonne la France afin de récolter des fonds pour les Restos du cœur. Rendez-vous incontournable, le concert le plus attendu a donné lieu à des séquences mémorables.

1993 : « Le Monde est Stone »  

Lors d'une spéciale « Starmania », l'ensemble de la troupe reprend en cœur le titre interprété par Fabienne Thibeault dans la comédie musicale signée Michel Berger et Luc Plamondon. Patrick Bruel, Jean-Jacques Goldman ou encore France Gall font partie des 25 Enfoirés présents sur scène.

1994 : « Là-bas » (Jean-Jacques Goldman et Céline Dion)

Depuis la mort tragique de Sirima en 1987, Jean-Jacques Goldman interprétait le titre seul et laissait le public chanter les couplets de la Britannique. Lors d'un concert des Enfoirés, il a accepté de partager ce duo avec Céline Dion, seule et unique artiste à avoir eu cet honneur. 

1996 : « Quand on a que l'amour » (Maurane et Céline Dion)

La prestation de la chanteuse québécoise avec Maurane est encore dans toutes les mémoires. À l'occasion de « La soirée des Enfoirés », elles reprennent le classique « Quand on a que l'amour » de Jacques Brel. Une version culte qu'elles ont par la suite rechanté dans l'émission de Nagui, « Taratata ».

1998 : « Mistral Gagnant » (Vanessa Paradis et Maxime Le Forestier)

Un duo qui a failli ne jamais voir le jour à cause d'un accident de ski. Quelques jours avant le concert, Vanessa Paradis se blesse, mais déterminée à assurer le spectacle, elle répète avec Maxime Leforestier dans sa chambre d'hôpital. Le jour J, c'est portée par Éric Cantona qu'elle fait son apparition devant un public qui l'acclame. 

2005 : « Qui a le droit » (Patrick Bruel, Zazie, Isabelle Boulay, Corneille, Garou et Jean-Baptiste Maunier)

Pour « Le train des Enfoirés », Patrick Bruel s'est installé derrière un piano pour jouer l'un de ses plus grands tubes. Il a été rejoint par Zazie, Isabelle Boulay, Corneille, Garou et surtout Jean-Baptiste Maunier, dont le solo a donné la chair de poule aux spectateurs. Un moment d'émotion qui restera gravé dans les annales.