Paroles 1996

Le - Par .

Je me souviens de ta voix
Des grands sapins, et du froid
Te rappelles-tu des fois
Où tu m'as blessé de tes bras?
Pour un rien
Je te fuyais, au travers des murs
Tu m'effrayais, j'étais sans armure

Mais je te pardonne, je te pardonne
Je sais, c'est contre toi que tu luttais
Je te pardonne
Je sais, c'était pas moi que tu détestais

Tu te rappelles des fois
Où tu criais, comme si j'entendais pas?
Entre les lignes, je lisais
Que, maladroitement, tu m'aimais

Je sais bien
Je m'effaçais au travers des murs
Tu m'effrayais, j'étais sans armure

Mais je te pardonne, je te pardonne
Je sais, c'est contre toi que tu luttais
Je te pardonne
Je sais, c'était pas moi que tu détestais

Claire Pommet