Biographie Mc Hammer

Stanley Kirk Burrell Né(e) le 30 mars 1962 (54 ans)

Sa biographie

Dans la musique

Mc Hammer passe son enfance à Oakland, au coeur de l'univers du baseball. Abandonnant tôt le rê ve de devenir joueur professionnel, il décide d'emprunter un autre chemin et s'engage dans la Marine américaine pendant trois ans.

De retour, il décide ensuite de se lancer dans une affaire plus prometteuse et crée sa propre boîte de label, nommée « Bust It », dans les années 80. Peu après, il monte à nouveau une marche et forme un groupe de rap chrétien nommé Holy ghost boy (s), au sein duquel il va enregistrer quelques titres. Il produit également différents groupes de rap, dont Oaktown's 3.5.7, au cours de la même période.

Vers la fin des années 80, l'artiste décide de se lancer en solo et sort un premier album intitulé « Feel my power ». Sorti chez Bustin' Records de Bust It en 1987, sous le nom de Mc Hammer, l'opus ne suscite pas le réel intérêt du public et ne se vend qu'à 60 000 exemplaires. Un nouveau single, « Let's get it started », commence cependant à attirer l'attention et, en 1988, l'album éponyme fait sa sortie chez Capitol Records.

Le grand succès se manifestera à la sortie de « U can't touch this », une reprise de la chanson « Superfreak » de Rick James en 1990. Un titre qui, à peine arrivé dans les bacs fait grand bruit dans les charts internationaux. Inséré dans l'album « Please Hammer, don't hurt 'em », qui sort dans la même année, ce single permettra même à Mc Hammer de devenir le premier artiste hip hop à décrocher le statut de Diamant pour un album.

Désormais connu sur le plateau international, Mc Hammer va ensuite s'aventurer dans divers enregistrements et d'innombrables concerts dans le monde. Entre autres, il sort l'album « Too legit to quit » en 1991 et « The funky headhunter » en 1994.

Un album patriotique « Active duty » fait également son apparition en 2001, suivi de « Full blast » en 2004. En 2006, l'opus rap R&B « Look look look » débarque également dans les bacs, suivra « DanceJamtheMusic » en 2008.


Les pas de danses

Déjà au cours de sa jeunesse, Mc Hammer se démarque par un talent de danseur d'exception. Un talent, mais surtout une passion lorsque dévoilée au grand jour, fascine les amateurs de hip hop. Que ce soit lors de ses concerts ou sur ses clips, Mc Hammer se surpasse dans des chorégraphies palpitantes, des danses flamboyantes que l'on ne peut qu'apprécier.

Son style? Un mélange de The Nichola s Brother s et de James Brown , est d'ailleurs devenu une source d'inspiration pour toute une génération de danseurs. Des pas de danses qui, réunis en un seul terme, sont qualifiés de « Hammer dance ».

Concert après concert et vidéo après vidéo, Mc Hammer est facilement devenu un grand nom dans l'univers des pas hip hop. Dans les années 90, il est même nommé « 7ème meilleur danseur de tous les temps » par BET et remporte également, dans la même foulée, plusieurs grands prix pour ses performances en danse.

Arrivé au sommet de la gloire, Mc Hammer va ensuite décider de faire assurer ses jambes pour une somme colossale de plusieurs millions de dollars. Plus tard, il va pourtant être victime d'une blessure, ce qui va le contraindre à s'éloigner un peu de la danse.

L'artiste n'attendra pas longtemps pour revenir devant les projecteurs et, en 2008, il remporte même le Living Legends of Hip Hop Award du Hip Hop International lors du championnat mondial de la danse hip-hop à Las Vegas.

La même année, il devient également le co-fondateur du site de danse DanceJam.


Un grand homme d'affaires

En dehors de sa carrière d'artiste, Mc Hammer sillonne également le monde des affaires, avec un grand A. Après le succès de son album « Please Hammer, don't hurt 'em », à l'issu duquel il empoche plus de 33 millions de dollars, il décide entre autres de créer sa propre écurie de chevaux « Oaktown Stable » en 1991, regroupant 19 chevaux de courses pur-sang.

La même année 1991, le Grade II Kentucky Jockey Club Stakes est d'ailleurs remporté par son D. Wayne Lukas. Sa Lite Light remporte également différents Grade I, si l'on ne cite que la célèbre Kentucky Oaks.

Mc Hammer fait également une entrée dans l'univers de la télévision et, en tant qu'acteur, il a entre autres joué dans « Reggie's prayer » en 1996, ou encore « Deadly rhapsody » en 2001. Il devient également producteur de diverses émissions télévisées, longs et courts-métrages, dont « Better luck tomorrow » en 2002, un film de Justin Lin qu'il décide de financer.

En 2001, il produit également le film « Too legit: The Mc Hammer story » pour la VH1 et, en 2003, on le retrouve sur la première saison de l'émission de téléréalité « The surreal life ».

Parallèlement à ces diverses activités, Mc Hammer fait également une entrée dans l'univers de la mode en lançant sa propre ligne de vêtements « J Slick ». Sa propre marque de pantalons, « Hammer » ne tardera pas non plus à voir le jour.

Mc Hammer décide aussi de se lancer dans différents projets Internet et, en 2001, il commence à travailler son portail interactif en ligne « Mc Hammer USA ». Il va ensuite se consacrer de plus en plus à la toile en co-créant entre autres le site de danse DanceJam, ainsi que la conférence TechCrunch 40.

Aujourd'hui encore, Mc Hammer ne s'est pas éloigné de l'univers du show-business. En 2009, on le retrouve entre autres sur A & E Network dans Hammertime. Un reality show dont le titre est d'ailleurs issu des paroles de son single « U can't touch this ».