Le -
modifié le -

The Voice : les bons… et mauvais points

Comme 9 millions de téléspectateurs, Chériefm.fr a regardé The Voice, le nouveau télé-crochet de TF1. Bilan d’un premier prime encourageant.

C’est ce qu’on appelle un carton d’audience. Samedi 25 février, le premier numéro de The Voice a attiré plus de 9 millions de téléspectateurs-rices. Soit aussi bien que la Star Academy dans ses meilleurs années.

Chériefm.fr s’est penché sur le phénomène


LES BONS POINTS

Le concept


Avouons-le, l’idée de base nous laissait septique. Juger des candidats-es à l’aveugle, cela faisait un peu gadget. Mais force est de reconnaître que cela fonctionne plutôt bien. Le jury est souvent surpris par le physique des participants-es… et le public aussi, notamment avec Philippe, qui a (très bien) chanté comme une femme du Norah Jones.

Les chanteurs-ses sont globalement moins préoccupés-es par leur look, et plus par leur voix, ce qui fait du bien. Des candidats-es un peu plus âgés-es, autour de la quarantaine, ainsi que des personnes maitrisant moins les codes de la télévision ont ainsi toutes leurs chances. Une vraie innovation par rapport aux Nouvelle Star et autres Star Ac’.

Le jury

Ici, le jury ne choisit pas seulement les candidats-es, il doit aussi les coacher. Ce sont aux candidats-es de choisir leur coach. Et les quatre stars, Garou, Jenifer, Florent Pagny et Louis Bertignac, prennent ce rôle très au sérieux ! Chacun multiplie les vannes et bons mots sur ses adversaires pour conquérir le coeur des participants-es. L’ambiance est ainsi plutôt bonne sur le plateau, plus décontractée que dans d’autres télé-crochets.

Chacun a aussi son style de voix préféré, et les quatre jurés se complètent bien. Pour l’instant, Garou est notre chouchou, suivi de près par Jenifer. Louis Bertignac reste encore un peu en retrait.


LES MAUVAIS POINTS

Les candidats-es


On le sait, ce n’est pas forcément lors du premier prime que l’on croise les plus belles pépites. Il faut souvent attendre les premiers écrémages pour vraiment profiter des bon-nes candidats-es.

Toutefois, on regrette globalement un petit manque de folie. Où sont les Julien Doré et autres Christophe Willem, capables de surprendre n’importe qui ? Il y a beaucoup de belles voix dans The Voice, très techniques, mais on n’a pas encore croisé la personnalité de l’année. 

Amélie BERTRAND