Le -
modifié le

Daniel Balavoine en 5 titres inoubliables

Décédé en 1986 dans un tragique accident d’hélicoptère, Daniel Balavoine a marqué son époque. Voici 5 chansons qui expliquent pourquoi il reste une voix inoubliable de la chanson française.

Daniel Balavoine © Barclay
« L’Aziza »
Quelques mois avant sa mort, le 14 janvier 1986, Daniel Balavoine enregistre un titre aux sons pop. Le single est un énorme succès. Il reste à la première place du Top 50 pendant 8 semaines consécutives, quinze jours après la disparition de l’artiste. Écrit en hommage à sa femme Corinne, « L’Aziza » délivre un texte fort contre les préjugés racistes. 

« Le chanteur »
En 1978, Daniel Balavoine raconte dans « Le chanteur », les désillusions d’un artiste qui cherche à devenir célèbre. L’interprétation tout en finesse du chanteur en fait un morceau inoubliable. 

« Mon fils, ma bataille »
Pour écrire ce tube des années 80, le chanteur s’inspire de l’histoire familiale de son ami et guitariste, Colin Swinburne et du film « Kramer contre Kramer ». Les paroles mettent en lumière le thème tabou à l’époque du divorce, puis de la bataille pour la garde des enfants. 

« Tous les cris, les SOS »
Extrait de l’album « Sauver l’amour », sorti en 1985, ce morceau parle du sentiment de solitude. Il marque une génération d’artistes qui n’hésitent pas à faire des reprises de ce tube. En 1997, la chanson devient l’hymne officiel des Enfoirés. 

« SOS d’un terrien en détresse »
L’une des plus grandes voix de la chanson française laisse jaillir tout son talent vocal sur ce morceau. Daniel Balavoine l’interprète pour la première fois dans « Starmania », l’opéra rock de Luc Plamondon.