Le -
modifié le -

Daniel Balavoine : ses 5 plus grands succès

Daniel Balavoine est un chanteur français intemporel dont les titres ont marqué tous les esprits. Retour sur cinq chansons qui ont fait le succès du chanteur.

Daniel Balavoine © Barclay
« SOS d’un terrien en détresse » (1978)

Daniel Balavoine interprète pour la première fois ce titre, composé par Michel Berger et écrit par Luc Plamondon, pour la comédie musicale « Starmania ». Très vite, la chanson, qui laisse exprimer toute la capacité vocale du chanteur, devient un tube inoubliable.

« Mon fils, ma bataille » (1980)

Il est impossible d’être passé à côté de ce véritable tube, l’une des chansons mythiques des années 1980. « Mon Fils, ma bataille » met le doigt sur le tabou de l’époque, le divorce, et la lutte qui s’en suit pour la garde des enfants. La chanson a été inspirée par l’histoire de l’un de ses amis et par le film « Kramer contre Kramer ».

« Je ne suis pas un héros » (1980)

Daniel Balavoine connaît un succès fulgurant à cette époque. Fort de ses précédents gros titres, il aborde le début des années 1980 en véritable vedette pour la France. Le titre « Je ne suis pas un héros » est initialement écrit et offert à Johnny Hallyday. Alors que l’idole des jeunes enregistre le morceau sur son album « À partir de maintenant », il propose à Balavoine de l’interpréter lui aussi. Ce qu’il fera, tout en dédiant le morceau à un bien connu « Jean-Philippe Smet ».

« La Vie ne m’apprend rien » (1980)

Daniel Balavoine sort en 1980 l’album « Un Autre Monde », qui contient plusieurs titres phares du chanteur comme « Mon Fils, ma bataille », « Je ne suis pas un héros » ou encore « La Vie ne m’apprend rien ». La chanson est si belle et si puissante qu’elle sera reprise vingt ans plus tard par Liane Foly ou encore, dernièrement par Florent Pagny.

« L’Aziza » (1985)

Daniel Balavoine écrit et enregistre « L’Aziza » seulement quelques mois avant sa disparition (en janvier 1986). Portée par des thèmes puissants comme le racisme, la chanson restera en tête du Top 50 en France, plusieurs semaines même après la mort du chanteur.