Albums Lana Del Rey - Toute sa discographie

Avec sa voix éthérée et son univers de pin-up désenchantée, Lana del Rey a marqué comme peu d'autres chanteuses les années 2010 à grand renfort d'albums indémodables.

De Lizzy Grant à Lana del Rey

Derrière Lana del Rey, il y a Elizabeth Woolridge Grant, une jeune new-yorkaise autodidacte qui tente de se faire connaître d'abord sous son véritable nom, Lizzy Grant, ou sous le pseudonyme de May Jailer. Mais ses deux premiers albums, "Sirens" et "Lana del Ray, AKA Lizzy Grant" (elle changera par la suite son "Ray" en "Rey"), sont des échecs. La chanteuse décide alors de changer d'univers et de créer celui de Lana del Rey, inspiré des films noirs des années 50/60, des pin-up et de l'americana de la même époque. Le tournant de sa carrière intervient fin 2011 : le titre "Video Games" connaît un buzz planétaire sur lequel surfe son troisième album, "Born to Die". Rempli de tubes instantanés comme "Blue Jeans" ou "Summertime Sadness", l'album se vend à plus de neuf millions d'exemplaires (l'album est disque de diamant en France, soit plus de 500 000 ventes) dans le monde entier. Le phénomène Lana del Rey est né.

L'avènement d'une star planétaire

Les quatre albums suivants de la chanteuse dépasseront le million de ventes à l'international : "Ultraviolence" en 2014, "Honeymoon" l'année suivante, "Lust for Life" en 2017 et "Norman Fucking Rockwell!" en 2019. Au-delà du succès public, ses albums ont également bénéficié de nombreuses louanges de la critique spécialisée, aussi bien pour leur songwriting poétique que pour leur identité visuelle inimitable. La France n'est pas épargnée par le phénomène, puisque chacun de ces albums atteint le top 4 des charts dans l'Hexagone, et se voit certifié disque d'or voire de platine. En à peine une décennie de carrière, ses albums se sont vendus à plus de quinze millions d'exemplaires à travers le globe.